Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Le Parti radical co-présidé : une originalité.      
samedi 10 décembre 2005

 

Le Parti Radical s’est choisi samedi "pour deux ans" deux co-présidents, Jean-Louis Borloo et André Rossinot

Le ministre de la cohésion sociale et le maire de Nancy, qui présidait seul depuis deux ans la formation associée à l’UMP, ont été élus en binôme à l’unanimité des 800 délégués du parti réunis à Paris.

Il n’y aura "pas de candidat" de cette formation associée à l’UMP, lors de l’élection présidentielle de 2007, a affirmé Jean-Louis Borloo.

"Nous ne jouons pas un sprint politique à dix-huit mois", a affirmé M.Borloo, en faisant allusion aux élections présidentielle et législatives de 2007, "mais de nouvelles échéances politiques à cinq ou dix ans".

"Avec Jean-Louis Borloo , nous ne laisserons jamais le Parti radical être instrumentalisé par des ambitions personnelles ou présidentielles des uns ou des autres", a renchéri M.Rossinot, qui a pourtant eu du mal à se laisser convaincre de partager son fauteuil.

Il y a quelques jours, il avait "pris acte" de la non-candidature de M.Borloo qui, encore hésitant, avait indiqué qu’il ne serait "pas candidat" à la tête des radicaux valoisiens.

Depuis, avec leurs alliés respectifs, ils ont réussi à se convaincre mutuellement de la valeur ajoutée de leur co-présidence pour une formation qui, tout en étant associée à celle de Nicolas Sarkozy, revendique sa personnalité.

Du centre gauche au centre droit Le parti entend occuper "résolument l’espace politique du centre gauche au centre droit", a affirmé M.Rossinot, appelant les délégués du congrès à "mettre les valeurs de solidarité, de laïcité, de citoyenneté, toutes ces valeurs républicaines et radicales au coeur du débat politique du pays".

M. Borloo est désormais porte-parole du parti, chargé de son projet et de ses relations extérieures, tandis que M.Rossinot s’occupe de ses affaires internes.

Le Parti radical compte quelque 6.000 membres, ainsi que trois ministres (outre M. Borloo, Renaud Dutreil aux PME et François Loos à l’Industrie), quatorze députés, six sénateurs et un député européen.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !