Droitpublic.net

 


Congrès du Mans : la mise en marche pour 2007      
mardi 8 novembre 2005

 

Les militants sont invités à voter pour l’une des cinq motions en lice pour et ainsi désigner les dirigeants du parti qui n’avait pas changé d’exécutif après la défaite de 2002 (contrairement à ce qui se fait dans les autres partis européens).

Derrière les motions et leurs propositions, se dessine bien sûr une bataille en vue de la présidentielle.

Direction, programme, candidat, le PS a mis au point un calendrier précis pour se mettre en marche avant la présidentielle de 2007. Une machinerie démocratique lourde qui paralyse le parti depuis plusieurs mois.

Le calendrier :

  • 9 novembre : dans toutes les sections, vote personnel et secret - le vote par procuration n’est pas admis - sur les cinq motions proposées. Bureaux ouverts de 18h00 à 22h00. Dans le Pas-de-Calais, première fédération avec 11.000 adhérents, chaque section a fixé ses propres plages horaires. Pour voter, il faut être "adhérent au 9 mai 2005 et à jour de ses cotisations", le montant de celle-ci pouvant être réglé au moment du vote (il y aurait les 120 000 membres).
  • 10-14 novembre : réunions des congrès fédéraux pour rassembler les votes intervenus dans les sections, proclamation officielle des résultats du vote sur les motions.
  • 18-20 novembre : congrès national du Mans. Samedi en fin d’après-midi, enregistrement des candidatures au poste de premier secrétaire. Puis, commission des résolutions pendant la nuit pour trouver un accord sur la ligne politique et ouvrir la possibilité de synthèses entre les motions.
  • 24 novembre : réunions des sections pour organiser le premier tour de l’élection du premier secrétaire, du premier secrétaire fédéral et du secrétaire de section.
  • 25 novembre : second tour dans les cas où c’est nécessaire, selon les mêmes procédures.
  • 26 novembre (sous réserve) : réunion du conseil national avec le premier secrétaire pour présenter la nouvelle équipe de direction (le secrétariat national).
  • Premier semestre 2006 : finalisation du projet qui doit être ratifié par un vote de tous les militants et des adhérents du projet (des militants qui se sont engagés à travailler et voter uniquement sur le projet), peut-être au cours d’une convention. Les candidatures pour les législatives, entérinées lors d’un conseil national, devraient également être arrêtées à la fin du premier semestre 2006
  • Mi-2006 : négociation d’un contrat de gouvernement avec les autres partis de gauche.
  • Novembre 2006 (date proposée par François Hollande) : désignation du candidat socialiste, par un vote de tous les militants, pour l’élection présidentielle de 2007. Une date déjà contestée puisque Laurent Fabius et Vincent Peillon sont favorables à une désignation plus tôt.



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.