Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Récidive et inconstitutionnalité (levée ?)      
La proposition a été adoptée
vendredi 14 octobre 2005

 

Les députés ont adopté hier soir une proposition de loi controversée sur la récidive, imposant notamment le bracelet électronique aux criminels dangereux. Ce nouveau texte intervient alors qu’une série de faits divers ont suscité une vive émotion.

Cette proposition de loi doit encore être examinée par le Sénat. Elle stipule que le port du bracelet mobile pourra être imposé dans le cadre d’un suivi socio-judiciaire si la personne a été condamnée à au moins cinq ans d’emprisonnement après qu’un expert a constaté sa dangerosité.

Il pourra également être ordonné aux personnes condamnées avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi. Cela étant, l’inconstitutionnalité contenue dans la version initiale et qui avait valu à Pascal Clément une réprimande magistrale du Président du Conseil constitutionnel semble avoir été levée. Le juge constitutionnel le dira s’il est saisi. En effet, la version initiale du texte faisait du BEM une peine supplémentaire pour ces détenus. Or, les prescriptions constitutionnelles interdisent d’imposer une peine plus sévère rétroactivement. Pour y remédier, la "surveillance judiciaire" imaginée par le ministre permettra d’imposer un BEM aux personnes condamnées pour dix ans ou plus, et ce pendant la durée de leurs réductions de peine. Dès lors, le BEM ne serait plus une "double peine", mais une simple "modalité d’application" de la peine.

Cette mesure, qui concerne les infractions sexuelles, mais aussi les assassinats, meurtres, enlèvements, tortures..., sera limitée dans le temps : 10 ans pour les criminels et 6 ans pour les délinquants.

Ce texte a été voté, faut-il le rappeler, à l’initiative des députés de l’UMP. Il a même été durci à la demande du ministre de l’Intérieur sachant qu’il n’est pas compétent dans le domaine de la Justice.

Le Parti socialiste a voté contre la proposition de loi. Il estime qu’il s’agit d’une "réponse démagogique" à la pression de l’opinion publique. Les principaux syndicats de magistrats et les avocats pénalistes avaient pour leur part demandé le retrait du texte, invoquant une atteinte à l’Etat de droit et aux libertés fondamentales.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !