Droitpublic.net

 


Législatives partielles mitigées pour l’UMP      
Un avertissement du terrain ?
lundi 12 septembre 2005

 

La majorité UMP a conservé de justesse un siège de député en Meurthe-et-Moselle lors d’une élection législative partielle et ses candidats sont arrivés en tête aux premiers tours de deux autres scrutins dans le Nord et dans l’Oise.

Les candidats UMP, trois anciens ministres chassés du gouvernement en juin après le départ de Jean-Pierre Raffarin de Matignon, et qui cherchaient à retrouver les sièges laissés à leurs suppléants entre 2002 et 2004, ont cependant réalisé des scores médiocres, dans des circonscriptions traditionnellement plutôt à droite. L’UMP devra de surcroît mener une difficile bataille de second tour contre l’UDF à Lille, ce qui pourrait envenimer les relations tendues entre les deux partis de droite. L’abstention, plus de 70% dans les trois scrutins, a été massive.

  • Détails :

Dans la 1re circonscription de Meurthe-et-Moselle, à Nancy, l’ancien secrétaire d’Etat à l’Insertion professionnelle, Laurent Hénart, n’a devancé que de 399 voix (51,33% des suffrages exprimés) au second tour le jeune candidat socialiste de 29 ans, Mathieu Klein, proche d’Arnaud Montebourg (48,57%).

Le score de l’ex-membre du gouvernement semble d’autant plus faible qu’il avait abordé le scrutin dans les meilleures conditions, avec le soutien du maire UMP de Nancy André Rossinot - dont il est l’adjoint - et une gauche très divisée avec cinq candidats au premier tour, dont un socialiste dissident, Jean-Jacques Denis.

Dans la 4e circonscription de Lille, l’ancien ministre délégué au Logement Marc-Philippe Daubresse, qui avait été élu dès le premier tour en 2002, réalise une contre-performance en ne recueillant que 37,37% des suffrages.

Il affrontera au second tour dimanche prochain le candidat de l’UDF Olivier Henno, qui a créé la surprise en obtenant 20,8%, devançant de justesse la candidate socialiste Martine Filleul (20,54%).

Olivier Henno a été directeur de cabinet de Marc-Philippe Daubresse lorsque ce dernier dirigeait l’UDF du Nord, avant de se rallier au parti chiraquien. Les deux hommes se sont brouillés depuis et la campagne a été tendue.

L’entre-deux tours s’annonce encore plus violent entre les deux formations de droite, déjà à couteaux tirés sur le plan national en raison des déclarations de François Bayrou contre les décisions du gouvernement Villepin. Le président de l’UDF devrait venir soutenir son candidat dans le Nord cette semaine.

Le résultat final sera sans doute très serré, compte tenu des scores du FN Philippe Bernard (7,04%), de la PCF Sylviane Housset (6,58%) et du PRG Jacques Muttez (6,69%), ainsi que du très fort taux d’abstention du premier tour (près de 70%).

Dans la 4e circonscription de l’Oise, le second tour s’annonce moins problématique pour l’ancien secrétaire d’Etat à la Réforme de l’Etat Eric Woerth, proche d’Alain Juppé, qui a obtenu 48,3% au premier tour, devançant ainsi largement le PS Jean-Paul Douet (25,04%).

Eric Woerth, qui n’a pas de challenger UDF comme en 2002 où il avait déjà été élu facilement avec 64% au second tour, devrait retrouver son siège sans problème dimanche prochain. La victoire sera pourtant ternie si l’abstention reste au niveau de ce premier tour (72,53%).



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire