Droitpublic.net

 


La santé des présidents français      
samedi 3 septembre 2005

 

Le président français Jacques Chirac a été hospitalisé vendredi soir à la suite d’un "petit accident vasculaire". C’est sa première hospitalisation depuis qu’il est devenu président en 1995. M. Chirac, âgé de 72 ans, devrait rester à l’hôpital une semaine.

Le président français souffre d’un "léger trouble de la vision" qui fait suite à son accident vasculaire, a indiqué l’hôpital militaire parisien du Val-de-Grâce dans un communiqué. Ce trouble devrait "disparaître en quelques jours".

Aucun détail précis n’a toutefois été fourni sur le mal dont souffre M. Chirac, qui a quand même eu un point de travail samedi à l’hôpital avec le secrétaire général de l’Elysée. Le chef du parti socialiste François Hollande a réclamé "la transparence".

Le président a "incontestablement" été victime d’une "alerte au niveau cérébral, donc une petite artère qui irrigue la rétine", et dans tel cas, une hospitalisation d’urgence est "capitale" pour éviter "un accident plus grave", selon un cardiologue. "Soit c’est une atteinte très localisée avec une possibilité de régression, soit c’est en effet le début d’un accident relativement plus grave", a-t-il dit.

Des responsables de différents partis politiques, à droite comme à gauche, ont souhaité au chef de l’Etat un prompt rétablissement. Présent à La Baule pour les universités d’été de l’UMP, le premier ministre Dominique de Villepin a précisé qu’il s’était entretenu "longuement" samedi matin avec le président.

rappel :Elu le 7 mai 1995 pour sept ans, réélu le 5 mai 2002 pour cinq ans de plus, Jacques Chirac (né le 29 novembre 1932) est ce que l’on pourrait appeler un vétéran de la politique française. Il a été premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1976, puis de François Mitterrand de 1986 à 1988, et maire de Paris de 1977 à 1995.

  • Depuis l’opération de la prostate du général de Gaulle le 17 avril 1964, la santé des présidents français a souvent préoccupé. Elle est réellement devenue un thème sensible après la maladie restée secrète et la mort, le 2 avril 1974, du président Georges Pompidou, qui souffrait de la "maladie de Waldenstrom", forme de cancer du sang. Valéry Giscard d’Estaing s’était même engagé lors de la campagne électorale de 1974 à publier ses bulletins de santé deux fois par an, une promesse qu’il ne tiendra pas. François Mitterand la reprend donc à son compte en 1981, et diffuse régulièrement ses bulletins de santé. L’annonce de son cancer de la prostate n’a cependant eu lieu qu’après son entrée à l’hôpital Cochin, où il a été opéré le 11 septembre 1992. Il subit une deuxième opération le 18 juillet 1994 et décède le 8 janvier 1996.



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire