Droitpublic.net

 


De Villepin I      
jeudi 2 juin 2005

 

Nicolas Sarkozy, chef du parti gouvernemental UMP, a été nommé ministre de l’Intérieur et numéro 2 du nouveau gouvernement français dirigé par Dominique de Villepin, dont la composition a été rendue publique jeudi.

Philippe Douste-Blazy a été nommé ministre des Affaires étrangères, en remplacement de Michel Barnier, tandis que Thierry Breton a été reconduit au ministère de l’Economie et des Finances.

M. Sarkozy, très populaire mais considéré comme un rival de MM. Chirac et de Villepin, retrouve le ministère de l’Intérieur qu’il avait occupé entre mai 2002 et mars 2004. Il est le seul membre du gouvernement à bénéficier du titre de "ministre d’Etat", signe de son poids politique dans la nouvelle équipe gouvernementale.

Michèle Alliot-Marie a été confirmée au ministère de la Défense et Jean-Louis Borloo au ministère de l’Emploi, de la cohésion sociale et du Logement.

Le centriste Gilles de Robien quitte le ministère des Transports pour un grand ministère regroupant l’Education nationale et la Recherche.

Le ministère de la Culture reste à son titulaire, Renaud Donnedieu de Vabres.

Un nouveau venu, Pascal Clément, a été nommé ministre de la Justice.

Catherine Colonna, ancienne porte-parole de la présidence sous Jacques Chirac, devient ministre déléguée aux Affaires européennes.

Ce gouvernement, dont la liste a été rendue publique par la présidence de la République française après d’intenses tractations politiques, a été formé quatre jours après la large victoire du non au référendum français sur la Constitution européenne.

Le président Jacques Chirac, atteint de plein fouet par le résultat, avait accepté mardi la démission de Jean-Pierre Raffarin, qu’il a remplacé par un autre fidèle, Dominique de Villepin.

Celui-ci a déjà fixé la priorité de son gouvernement : la lutte contre le chômage. Il s’est donné "cent jours" pour "rendre la confiance aux Français".



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire