Droitpublic.net

 


Présidentielle 2017. 11 candidats      
dimanche 19 mars 2017

 

L’élection présidentielle voit s’affronter 11 candidats. C’est une proportion qui se situe dans la moyenne des candidats officiels depuis 1965. On renverra sur ce point particulier à une contribution pour la Revue Pouvoirs consacrée à la typologie des candidats.

Les candidats ayant obtenu les parrainages nécessaires sont (dans l’ordre du tirage au sort effectué par le Conseil constitutionnel) : Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), Marine Le Pen (Front national), Emmanuel Macron (En marche !), Benoît Hamon (Parti socialiste), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste), Jacques Cheminade (Solidarité et progrès), Jean Lassalle (sans étiquette), Jean-Luc Mélenchon (France insoumise), François Asselineau (Union populaire républicaine) et François Fillon (Les Républicains).

Trois candidats (E. Macron, B. Hamon et F. Fillon) ont obtenu plus de 1000 parrainages. Parmi les candidats non qualifiés qui ont obtenu plus de 100 parrainages, figurent les noms d’Alexandre Jardin (165), Charlotte Marchandise (135), Oscar Temaru (109) et Rama Yade (353). Alain Juppé, bien qu’ayant indiqué qu’il n’était pas candidat, a tout de même reçu 313 parrainages. Concernant les parrains, on peut noter que la modification du dispositif mise en œuvre cette année n’a absolument rien changé au nombre d’élus qui ont parrainé, contrairement aux inquiétudes exprimées par certains. Rappelons que les parrains devaient, cette année, envoyer eux-mêmes leur formulaire au Conseil constitutionnel et que la liste intégrale des parrains devait être publiée. Résultat : à 500 près, il y a eu autant de parrains cette année (14 296) qu’en 2012 (14 790).

Les maires sont logiquement ceux qui parrainent le plus en valeur absolue : 10 310 d’entre eux ont choisi de présenter un candidat (9 756 maires, 24 maires d’arrondissement et 530 maires délégués). Mais en considérant la proportion d’élus qui parrainent ramenée au nombre total d’élus dans chaque catégorie, on s’aperçoit que ce sont, en revanche, les maires qui parrainent le moins – ce qui est logique, dans la mesure où nombre d’entre eux sont élus sans appartenance politique, contrairement aux parlementaires.

Les trois quarts des députés et sénateurs ont parrainé un candidat, contre un quart environ des maires.

La décision du Conseil constitutionnel (165 PDR) énonce ainsi :

"Au vu des textes suivants :

  • la Constitution, notamment ses articles 6, 7 et 58 ;
  • l’ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel, notamment son article 30 ;
  • les articles 3 et 4 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l’élection du Président de la République au suffrage universel ;
  • les articles du code électoral rendus applicables à l’élection du Président de la République, notamment ses articles L. 2, L. 5, L. 6, L. 9, L. 45, L.O. 127, L.O. 135-1, L. 199 et L. 200 ;
  • le décret n° 2001-213 du 8 mars 2001 portant application de la loi du 6 novembre 1962 mentionnée ci-dessus ;
  • le décret n° 2017-223 du 24 février 2017 portant convocation des électeurs pour l’élection du Président de la République ;
  • la décision du Conseil constitutionnel n° 2016-135 ORGA du 8 septembre 2016 relative à la détermination par tirage au sort de l’ordre de la liste des candidats à l’élection du Président de la République et aux modalités de publication du nom et de la qualité des citoyens qui présentent des candidats à l’élection du Président de la République ;
  • les décisions du Conseil constitutionnel n° 2017-158 PDR du 1er mars 2017, n° 2017-159 PDR du 3 mars 2017, n° 2017-160 PDR du 7 mars 2017, n° 2017-161 PDR du 10 mars 2017, n° 2017-162 PDR du 14 mars 2017 et n° 2017-164 PDR du 18 mars 2017 ayant arrêté les listes des citoyens habilités ayant présenté des candidats à l’élection du Président de la République ; Ayant examiné les formulaires de présentation qui lui ont été adressés à partir du 24 février 2017 et qui lui sont parvenus au plus tard le 17 mars 2017 à dix-huit heures, conformément à l’article 3 de la loi du 6 novembre 1962 mentionnée ci-dessus et à l’article 2 du décret du 8 mars 2001 mentionné ci-dessus ; Après s’être assuré de la régularité des candidatures et du consentement des candidats, avoir constaté le dépôt du pli scellé exigé pour leur déclaration de situation patrimoniale et avoir reçu leur engagement, en cas d’élection, de déposer une nouvelle déclaration deux mois au plus tôt et un mois au plus tard avant l’expiration du mandat ou, en cas de démission, dans un délai d’un mois après celle-ci ; DÉCIDE :

Article 1er. - La liste des candidats à l’élection du Président de la République, dont l’ordre a été établi par voie de tirage au sort, est arrêtée comme suit :

  • M. Nicolas DUPONT-AIGNAN,
  • Mme Marine LE PEN,
  • M. Emmanuel MACRON,
  • M. Benoît HAMON,
  • Mme Nathalie ARTHAUD,
  • M. Philippe POUTOU,
  • M. Jacques CHEMINADE,
  • M. Jean LASSALLE,
  • M. Jean-Luc MÉLENCHON,
  • M. François ASSELINEAU,
  • M. François FILLON.

Article 2. - La présente décision sera publiée au Journal officiel et notifiée, par les soins du Gouvernement, aux représentants de l’État en Nouvelle-Calédonie et dans les départements et collectivités d’outre-mer et aux ambassadeurs et aux chefs de postes consulaires.

Délibéré par le Conseil constitutionnel dans sa séance du 18 mars 2017, où siégeaient : M. Laurent FABIUS, Président, Mmes Claire BAZY MALAURIE, Nicole BELLOUBET, MM. Michel CHARASSE, Jean-Jacques HYEST, Lionel JOSPIN, Mmes Corinne LUQUIENS, Nicole MAESTRACCI et M. Michel PINAULT.

Rendu public le 18 mars 2017. "



Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation