Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


NON (suite)      
lundi 30 mai 2005

 

M.Chirac, qui avait choisi la référendum alors qu’une ratification par la voie parlementaire était possible,a immédiatement "pris acte" de la "décision souveraine des Français"

Cependant,les appels à sa démission, à droite et à gauche,le fragilisent beaucoup alors que le général De Gaulle avait démissionné après l’échec à son référendum en 1969.

Cet échec laisse prévoir une fin de mandat difficile au chef de l’Etat, âge de 72 ans, après dix années de pouvoir. Le résultat désastreux de ce soir ôte pratiquement toute chance à Jacques Chirac de briguer un troisième mandat à la présidentielle de 2007, face aux ambitions fougeuses de Nicolas Sarkozy, populaire chef du parti majoritaire de l’UMP.

La victoire du non au référendum vient s’ajouter pour M. Chirac aux sévères défaites de la droite aux régionales et aux européennes en 2004.

Première arme dans son carquois pour rebondir, il va utiliser l’arme "classique" du remaniment de centre droit de Jean-Pierre Raffarin. La cote de popularité de ce dernier est tombé sous les 20%, et cet effondrement a , c’est patent, nui à la cause du oui. L’actuel ministre de l’Intérieur Dominique de Villepin, un fidèle de M. Chirac, fait figure de favori pour le remplacer.

Face au climat de mécontentement général, le sentiment d’anxiété sociale, M.Chirac a promis dimanche soir "une impulsion nouvelle et forte de l’impulsion gouvernementale" afin de répondre aux "inquiétudes et attentes des Français". Mais ses détracteurs ont beau jeu de l’accuser de "président versatile", "inconstant", plus capable de conquérir le pouvoir que de l’excercer".

Pourtant, les partisans du chef de l’Etat, qui a occupé les plus hautres fonctions de l’Etat, récitent l’antienne selon laquelle il dispose d’une "formidable capacité à rebondir".

Au soir de cet échec, M. Chirac pouvait cependant trouver un motif de consolation : le non ouvre aussi une crise majeure chez ses opposants du Parti socialiste, miné par les dissensions entre la direction qui a défendu le oui derrière son chef, François Hollande, et ceux qui ont fait campagne pour le non, dont le numéro deux du parti, Laurent Fabius.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !