Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Agents publics : encore plus de transparence dans leur activité      
mardi 3 janvier 2017

 

Deux décrets, parus au Journal officiel du 30 décembre, fixent les règles en matière de déclarations de patrimoine et d’intérêt pour les agents publics, suite aux nouvelles dispositions issues de la loi du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires.

L’obligation de déclaration de situation patrimoniale ne concerne pas un très grand nombre d’agents : elle touche, dans la fonction publique territoriale, les directeurs généraux des services des communes de plus de 150 000 habitants ainsi que les directeurs généraux et directeurs des EPCI de plus de 150 000 habitants, des syndicats mixtes composés exclusivement de collectivités territoriales, des centres de gestion assimilés à une commune de plus de 150 000 habitants. Ces déclarations de situation patrimoniale et leur actualisation sont à adresser à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. En revanche, l’obligation de transmettre une déclaration d’intérêts doit être remise à l’autorité de nomination (le maire ou le président).

Elle concerne un plus grand nombre d’agents. D’abord les directeurs généraux des services (DGS) et DGS adjoints des communes et EPCI de plus de 80 000 habitants ; mais aussi les personnes exerçant les fonctions de référent déontologue ainsi que les agents amenés, dans le cadre de leurs fonctions, à prendre des décisions listées dans le décret. Ces décisions sont les suivantes : signature de contrat de marchés publics et de concessions ; « fixation de tarifs applicables aux personnes morales exerçant leur activité dans un secteur concurrentiel conformément aux règles du droit privé » ; attribution d’aides financières et de subventions ; délivrance, suspension ou retrait d’un agrément ; délivrance des autorisations accordées au titre du droit des sols.

Toutefois, dans tous ces cas, l’obligation ne s’applique pas si les décisions mentionnées sont soumises « à l’avis conforme d’une instance collégiale ». Le décret fixe également le contenu de la déclaration d’intérêts. Elle devra mentionner notamment « les activités professionnelles donnant lieu à rémunération ou gratification exercées à la date de la nomination ou au cours des cinq dernières années précédant la déclaration », ainsi que les activités de consultant éventuelles. Le cas échéant, la participation « aux organes dirigeants d’un organisme public ou privé ou d’une société » ou « les participations financières directes dans le capital d’une société ».

Enfin, les déclarations d’intérêts devront mentionner obligatoirement le fait que l’agent exerce un mandat électif et lequel, et indiquer les activités professionnelles du conjoint, du concubin ou du partenaire lié par un pacs.

Il est à noter que ces dispositions ne vont pas rentrer immédiatement en vigueur, pour les agents chargés des marchés publics, attributions de subventions, etc. La liste précise des emplois concernés doit d’abord faire l’objet d’un arrêté des ministres concernés, et les mesures n’entreront en vigueur qu’à partir de la parution de cet arrêté.



Responsabilité pénale des élus locaux. Affaires en hausse, condamnations marginales.
Charte de la laïcité contraire à la liberté d’association ?
Le statut incontestable des anciens Présidents de la République.
Liberté. Visa du film "Salafistes" ne peut être interdit aux moins de 18 ans.
Université. Massification. Pas de tirage au sort pour l’admission. Illégalité
Loi antiterroriste. L’avis du Conseil d’État
Conseil d’Etat. Validation de la réforme imposant l’anglais en langue obligatoire au concours de l’ENA (épreuve langue).
Conseil d’Etat. Refus de suspendre l’état d’urgence. Logique et fondé.
État d’urgence. Le Conseil d’État se montre soucieux du respect des libertés.
Assignation à résidence. Position du Conseil d’État.
Déontologie, droits et obligations des fonctionnaires. Rapport sur projet de loi
Fonction publique. Exceptions au principe "silence vaut acceptation".
Clarification du code de l’urbanisme
Pouvoirs des ministres sur la réglementation des établissements publics de leur secteur de compétences.
La formule "Madame le président" (de l’Assemblée nationale) n’est pas jugée (ni la sanction) par le tribunal administratif de Paris.
Installations classées, contentieux et contrôle. Avis du Conseil d’État.
Transaction pénale en matière environnementale validée par le Conseil d’Etat
Fonction publique. Effectifs en 2013. Légère hausse.
Médiapart, Conseil d’Etat et compte de campagne de N Sarkozy.
Loi de 1905. interprétation stricte de la loi sur la séparation de l’Etat et des églises.
Publicité des avis du Conseil d’Etat. C’est parti !
"Silence vaut accord" : non applicable aux demandes d’accès aux emplois publics.
La fonction de police judiciaire. Rapport cour des comptes
Compétences et procédures nouvelles pour le Tribunal des conflits.
Loi du 9 décembre 1905. Ce que dit la loi et ce qu’en disent les juges français.
Vente de médicaments par internet. Légale ? Le Conseil d’Etat examine la question.
Rythmes scolaires validés par le Conseil d’Etat.
GPA. Le Conseil d’Etat se range à la jurisprudence de la CEDH
Découpage électoral des cantons. Explosion des recours devant le Conseil d’Etat.
Le silence de l’administration vaut accord, enfin pas toujours...