Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Charte de la laïcité contraire à la liberté d’association ?       
mercredi 26 octobre 2016

 

Le juge des référés du tribunal administratif de Marseille dans une ordonnance du 21 octobre 2016, vient de suspendre un arrêté municipal (Aix-en-Provence) qui conditionne l’octroi de subvention aux associations à leur signature d’un texte prohibant notamment toute expression de convictions politiques ou religieuses. L’objectif de la municipalité est de soutenir financièrement les seules associations qui s’engagent à respecter les valeurs républicaines.

Compte tenu du statut de principe fondamental reconnu par les lois de la République (principe de valeur constitutionnelle), le juge reconnaît non seulement le caractère sérieux de l’atteinte portée à la liberté d’association mais également l’urgence en raison de la ressource importante que constitue la subvention municipale à l’association liée à la Ligue des droits de l’homme (requérante).

La LDH a introduit une action en référé suspension car les dossiers de demandes de subventions devaient être déposés avant le 30 novembre. Dans l’attente de la décision sur le fond, on ne peut qu’évoquer les arguments des demandeurs qui semblent avoir emporté le « doute sérieux ».

Plusieurs dispositions de la Charte sont contestées notamment son article 7 qui impose aux associations d’afficher dans leurs locaux le préambule de la déclaration des droits de l’homme et d’intégrer dans leurs statuts « les principes et valeurs de la République ainsi que le principe de laïcité qui en découle ». Un autre article interdit aux associations subventionnées « toute mesure visant à modifier ou adapter l’organisation d’un service pour un motif tiré (…) d’une conviction ou prescription religieuse ».

Dans le dossier de demande de subvention publique élaboré par le ministère a été introduite une rubrique  : la structure doit préciser les moyens mis en œuvre pour assurer le « respect des valeurs de la république  : ouverture à tous les publics, mixité, égalité femmes-hommes, non-discrimination, etc. » Certaines collectivités locales se sont inspirées de cette rédaction pour la rédaction de leur charte de la laïcité. Ainsi, par exemple, la municipalité d’Angers a adopté fin mai un tel texte. L’article 12 engage les associations à lutter contre toute forme de discrimination. « Elles ne sauraient contraindre leurs adhérents à une quelconque pratique religieuse dans les créneaux horaires des salles ou équipements publics ». Ce texte n’a pas donné lieu à aucun contentieux.

Nul doute que cette affaire connaîtra une suite contentieuse au plan national.



Agents publics : encore plus de transparence dans leur activité
Responsabilité pénale des élus locaux. Affaires en hausse, condamnations marginales.
Le statut incontestable des anciens Présidents de la République.
Liberté. Visa du film "Salafistes" ne peut être interdit aux moins de 18 ans.
Université. Massification. Pas de tirage au sort pour l’admission. Illégalité
Loi antiterroriste. L’avis du Conseil d’État
Conseil d’Etat. Validation de la réforme imposant l’anglais en langue obligatoire au concours de l’ENA (épreuve langue).
Conseil d’Etat. Refus de suspendre l’état d’urgence. Logique et fondé.
État d’urgence. Le Conseil d’État se montre soucieux du respect des libertés.
Assignation à résidence. Position du Conseil d’État.
Déontologie, droits et obligations des fonctionnaires. Rapport sur projet de loi
Fonction publique. Exceptions au principe "silence vaut acceptation".
Clarification du code de l’urbanisme
Pouvoirs des ministres sur la réglementation des établissements publics de leur secteur de compétences.
La formule "Madame le président" (de l’Assemblée nationale) n’est pas jugée (ni la sanction) par le tribunal administratif de Paris.
Installations classées, contentieux et contrôle. Avis du Conseil d’État.
Transaction pénale en matière environnementale validée par le Conseil d’Etat
Fonction publique. Effectifs en 2013. Légère hausse.
Médiapart, Conseil d’Etat et compte de campagne de N Sarkozy.
Loi de 1905. interprétation stricte de la loi sur la séparation de l’Etat et des églises.
Publicité des avis du Conseil d’Etat. C’est parti !
"Silence vaut accord" : non applicable aux demandes d’accès aux emplois publics.
La fonction de police judiciaire. Rapport cour des comptes
Compétences et procédures nouvelles pour le Tribunal des conflits.
Loi du 9 décembre 1905. Ce que dit la loi et ce qu’en disent les juges français.
Vente de médicaments par internet. Légale ? Le Conseil d’Etat examine la question.
Rythmes scolaires validés par le Conseil d’Etat.
GPA. Le Conseil d’Etat se range à la jurisprudence de la CEDH
Découpage électoral des cantons. Explosion des recours devant le Conseil d’Etat.
Le silence de l’administration vaut accord, enfin pas toujours...