Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


2017. Calendrier électoral.      
lundi 9 mai 2016

 

C’est le dimanche 7 mai 2017que l’on connaîtra le nom du prochain ou de la prochaine président(e) de la République. Le calendrier officiel a été annoncé en Conseil des ministres, mercredi dernier.

Trois élections auront lieu l’année prochaine : la présidentielle se déroulera les dimanches 23 avril et 7 mai ; les législatives, dans la foulée, les 11 et 18 juin. Aucune refonte de la carte électorale n’étant prévue, ce seront de nouveau 577 députés qui seront élus, dont 11 sièges réservés aux représentants des Français de l’étranger. En Guadeloupe, Martinique, Guyane, à Saint-Pierre-et-Miquelon, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et en Polynésie française, les scrutins (présidentielle et législatives) auront lieu le samedi.

Enfin, un tiers du Sénat (170 sièges) sera renouvelé à l’automne, le dimanche 24 septembre. Seront concernés les départements « classés dans l’ordre minéralogique de l’Indre-et-Loire aux Pyrénées-Orientales », c’est-à-dire de 37 à 66, ainsi que les sept départements franciliens, la Guadeloupe, la Martinique, La Réunion, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie et Saint-Pierre-et-Miquelon. Concernant l’élection présidentielle, on se rappelle que certaines règles vont changer, notamment en ce qui concerne le système des parrainages de candidats (lire Maire info du 6 avril). Les maires qui souhaitent parrainer un candidat ne pourront, notamment, plus confier le formulaire aux candidats, mais devront l’envoyer personnellement au Conseil constitutionnel. Le gouvernement n’a pas donné de date précise concernant le début de la période de parrainages, se contentant d’annoncer qu’elle commencerait « début 2017 ». Il est possible que d’ici là, d’autres réformes viennent modifier la donne. Plusieurs rapports et propositions sont actuellement à l’étude, sans que l’on soit certain à ce jour que le calendrier permettra de les mettre en œuvre dès l’an prochain. Rappelons que la personnalisation et l’envoi aux électeurs des cartes électorales coûte aux communes quelque 2,6 millions d’euros par élection. Au-delà de la suppression de la carte d’électeurs, une réforme est à l’étude pour refondre entièrement le système de révision des listes électorales, qui pourraient à terme être remplacées par une liste unique gérée par l’Insee. Autre innovation possible dès 2017 : la dématérialisation totale de la propagande électorale – ce qui entraînerait des économies en impression et en routage se chiffrant, pour l’État, en dizaines de millions d’euros. C’est en effet l’État qui règle la facture sur ce poste. Mais il restera à savoir comment permettre aux électeurs n’ayant pas de connexion internet d’accéder tout de même à la propagande des candidats. Hervé Marseille proposait, dans son rapport, de mettre à disposition des exemplaires papiers de cette propagande dans toutes les mairies. Une autre piste va être expérimentée en juin, lors du référendum sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : l’obligation pour chaque commune concernée de mettre à disposition des électeurs un point de connexion internet gratuit, pour leur permettre d’accéder aux argumentaires. Ce dispositif pourrait-il être étendu à toutes les communes pour les élections nationales, en cas de dématérialisation complète de la propagande électorale ? La question ne manquera pas de se poser – ainsi que celle, conséquente, de son coût pour les communes.

Rappelons enfin qu’avant l’élection présidentielle, les communes auront à gérer un autre type de scrutin : les primaires. Il y en aura, c’est officiel, pour désigner le candidat des Républicains ; et probablement aussi pour le candidat socialiste. Tous les détails concernant les obligations des maires pour organiser ces primaires ont été récemment récapitulés dans une circulaire du ministère de l’Intérieur.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !