La fin des missions parlementaires temporaires ?      
jeudi 4 février 2016

 

Le Sénat a adopté dans la nuit une proposition de loi organique destinée à supprimer les missions temporaires confiées par le gouvernement aux parlementaires, au nom de la séparation des pouvoirs. 186 sénateurs ont voté, contre l’avis du gouvernement, en faveur de ce texte de Jacques Mézard (RDSE, à majorité PRG) : Républicains (LR), RDSE, communistes et 6 UDI-UC. 150 ont voté contre (socialistes, écologistes et 29 UDI-UC). Pour entrer en vigueur, la mesure doit toutefois être votée dans les mêmes termes à l’Assemblée nationale, ce qui est hautement improbable.

Le choix du parlementaire, de sa mission temporaire et de son éventuelle prolongation est à la discrétion du gouvernement. Cette mission consiste généralement en la rédaction d’un rapport mais a pu s’étendre à l’exercice de fonctions administratives. Le parlementaire qui accepte une mission reste libre de l’organisation de ses travaux et ses conclusions, il ne peut recevoir aucune indemnité. De nombreuses réformes ont été inspirées par des parlementaires en missio comme la création de la CMU en 1999 après le rapport de Jean-Claude Boulard de 1998, la loi sur la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques après le rapport de Richard Ferrand sur les professions réglementées ou encore le rapport de Martine Pinville sur le vieillissement.

Mais pour le rapporteur Hugues Portelli (LR), "ce procédé constitue une atteinte à la séparation des pouvoirs". "En outre, le mode de remplacement du parlementaire dont la mission est prolongée au-delà de six mois déroge au recours habituel à une élection partielle". En effet, un parlementaire dont la mission est prolongée au-delà de six mois est remplacé automatiquement par son suppléant, sans élection partielle.

Le rapport parlementaire

En savoir plus



Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République