Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Vote obligatoire et vote FN.      
Clique TV
samedi 12 décembre 2015

 

Dimanche 6 décembre 2015, 50,2% des électeurs ne se sont pas rendus aux urnes lors du premier tour des élections régionales. Afin de lutter contre ce phénomène, quasi-récurrent, certains politiques souhaitent rendre le droit de vote obligatoire. Pour Pascal Jan, professeur de droit public à Sciences-po Bordeaux, "les abstentionnistes n’auraient rien changé aux résultats".

Le vote obligatoire serait-il un remède efficace contre l’abstentionnisme ?

Pascal Jan – Absolument pas. Le droit de vote n’est pas un devoir, c’est un droit individuel, comme le droit de s’abstenir.

L’abstention est l’expression d’un vote finalement. C’est une mesure politique qui est régulièrement mise sur la table. En mars dernier, lors des élections départementales, le député écologiste François de Rugy, avait déposé une proposition de loi en ce sens, témoignant, une fois de plus, de ce regain d’intérêt pour la participation obligatoire du corps électoral aux élections de ses représentants. Rendre le vote obligatoire viserait ainsi à combattre l’abstention.

L’affaiblissement général de la participation électorale est évident aujourd’hui en France. Néanmoins, l’abstention n’est pas plus importante que dans les autres démocraties, qui ne sont pas pour autant frappées par des crises politiques. Aux États-Unis par exemple, le taux d’abstention, élevé, (aux alentours de 45% en moyenne, Ndlr) ne conduit pas à l’instabilité. En Belgique, où le vote est obligatoire, les crises politiques sont récurrentes, au point que la population a été privée de gouvernement pendant un an. Certes, il s’agit d’un État fédéral, mais cela n’ôte rien au caractère du droit de vote. D’autant que la forme fédérale date de 1993 et qu’avant le vote était aussi obligatoire.

Ce système nécessite aussi un mécanisme de sanctions financières complexe. Or, en Belgique, ces pénalités ne sont pas toujours appliquées. Le vote obligatoire n’est donc pas une réponse à la désaffection des urnes.

Alors que le Front national est en tête au premier tour des élections régionales avec 30,6% des voix, le vote obligatoire serait-il une manœuvre politique efficace pour contrer la montée de ce parti ?

Le vote obligatoire ne résoudra pas le problème du vote frontiste, les abstentionnistes n’auraient rien changé aux résultats. La physionomie des suffrages exprimés est à peu près la même que celle des abstentionnistes, les études le montrent très clairement.

Les 30,6% de voix pour le Front national correspondent à peu près à la proportion d’abstentionnistes qui auraient voté pour ce parti. Il est faux de penser que les abstentionnistes ne sont pas frontistes, c’est un leurre.

Si le vote devient obligatoire, le vote blanc doit-il être davantage reconnu ?

Il y a déjà eu des progrès avec la loi du 21 février 2014 reconnaissant le vote blanc, permettant aux électeurs mécontents ou désintéressés de faire « entendre » leur voix. Néanmoins, le vote blanc n’entre pas en considération dans le calcul des suffrages exprimés pour l’attribution des sièges d’élus. Il paraît difficile d’aller plus loin, les bulletins blancs fragilisaient la légitimité de l’élu. Un mode de scrutin sera toujours imparfait, mais vise avant tout à permettre de gouverner efficacement.

Il est donc de la responsabilité des politiques de donner envie aux électeurs d’aller voter ? Tout à fait. Les électeurs ne voient pas clairement les enjeux des élections régionales et départementales. Quel pourcentage de la population connaît l’impact des régions sur son quotidien ? Il en va de la responsabilité des politiques et des médias d’expliquer ces enjeux de manière pédagogique. Les citoyens se mobiliseront davantage à condition qu’on leur explique concrètement les conséquences de leur choix. La région n’est pas compétente en matière de sécurité, mais elle aide, par exemple, à développer les entreprises en finançant les jeunes entrepreneurs, elle finance les universités, ou encore les logements sociaux.

Il faut arrêter de nationaliser systématiquement les débats locaux qui concernent directement les gens.

Interview clique tv



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !