Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Présidentielle 2017. Modification des règles de présentation des candidats (parrainages) ?       
mercredi 28 octobre 2015

 

Le groupe socialiste à l’Assemblée nationale a dévoilé hier qu’il allait déposer incessamment une proposition de loi relative « à la modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle ». Ce texte, rédigé par le président de la commission des lois de l’Assemblée, le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas, vise notamment à modifier les règles du parrainage des candidats par les élus locaux. Il a de fortes chances d’être adopté et d’entrer en vigueur dès l’élection de 2017. Jean-Jacques Urvoas, sur son blog, s’explique sur les motivations qui l’ont conduit à rédiger ce texte : les modalités actuelles « alimentent des polémiques récurrentes », notamment sur le système des parrainages. Tous les organismes concernés par l’élection présidentielle (« Conseil constitutionnel, CSA, commission des sondages, commission nationale de contrôle, commission nationale des comptes de campagne ») publient à chaque élection « des rapports truffés de recommandations ». C’est en partant de ces recommandations que, suffisamment en amont pour que le texte puisse être adopté à temps, Jean-Jacques Urvoas a rédigé son texte. Parmi les principales réformes qu’il propose, trois concernent les parrainages. Rappelons que peuvent parrainer un candidat les députés, sénateurs, maires, présidents d’EPCI, conseillers régionaux et départementaux, eurodéputés. Un candidat doit recevoir 500 parrainages, déposés auprès du Conseil constitutionnel, pour pouvoir se présenter. Actuellement, le Conseil constitutionnel tire au sort, parmi tous les parrainages reçus, 500 noms, qui sont publiés au Journal officiel. Jean-Jacques Urvoas propose de mettre fin à cette pratique et de publier la totalité des noms. Par ailleurs, ce serait aux parrains eux-mêmes d’envoyer leur parrainage au Conseil constitutionnel, les candidats ne pouvant plus le faire eux-mêmes. Cet envoi ne pourrait être fait qu’exclusivement par voie postale, donc ni par mail ni par dépôt direct.

Lors de sa conférence de presse d’hier, le député a également fait une autre proposition, qui ne figure pas dans sa proposition de loi pour l’instant – elle sera donc sans doute l’objet d’un amendement : que les parrainages soient publiés « en temps réel », afin que « nous sachions au jour le jour où en sont les parrainages et qu’il ne soit plus possible pour des candidats d’organiser fictivement le suspens sur leur participation ».

À la marge, notons également que le texte propose d’étendre la capacité de parrainer aux conseillers métropolitains de Lyon et aux membres des organes délibérants des métropoles.

Le texte contient également diverses propositions sur le temps de parole des candidats, les pouvoirs de la commission des comptes de campagne, etc., qui concernent moins directement les maires. En revanche, un autre article fera peut-être quelque peu grincer des dents dans les plus petites communes : le texte propose d’ouvrir la totalité des bureaux de vote jusqu’à 19 h (20 h étant réservé aux grandes villes). Il ne s’agit pas tant d’augmenter le taux de participation que d’éviter, explique Jean-Jacques Urvoas, que la fermeture à 18 h permette des dépouillements anticipés et la divulgation, sous le manteau, de résultats partiels.

Ce texte, a insisté le député, va être débattu au Parlement avant la fin de l’année. Soutenu par le groupe socialiste, qui a la majorité à l’Assemblée, il a donc de fortes chances d’être adopté, amenant les règles de parrainage à être modifiées dès l’an prochain.

Les élusse montrent plutôt favorables à ces réformes. Michel Vergnier, maire socialiste de Guéret et trésorier général de l’AMF, trouve « juste » que l’on publie la totalité des noms des parrains, au nom de « la transparence » : « Quand je parraine un candidat, je l’assume », explique le maire de Guéret. Même point de vue de la part de la maire Les Républicains de Morlaix, Agnès Le Brun, membre du bureau de l’AMF. « Je suis d’accord par principe avec tout ce qui va dans le sens de davantage de transparence ». En revanche, les deux élus expriment les mêmes réserves sur l’idée d’ouvrir les bureaux de vote jusqu’à 19 h, ce qui va « forcément poser problème aux maires des petites communes, souligne Michel Vergnier, dans un contexte où il est déjà difficile d’assurer partout l’amplitude 8 h-18h… » Même point de vue pour Agnès Le Brun, qui estime que « les communes n’ont pas toutes le personnel suffisant pour cela. Cela va entraîner un coût, même si je suis d’accord sur les motivations qui conduisent à ces propositions ».

Rappelons enfin qu’il y a quelques années, l’ancien président de l’AMF, Jacques Pélissard, avait lui aussi souhaité une réforme du système des parrainages, mais dans un sens assez différent : le maire de Lons-le-Saunier souhaitait lui que les maires puissent accorder deux parrainages, « l’un de conviction, l’autre républicain ». Rappelant que le parrainage n’est « ni un soutien ni un vote en faveur d’un candidat », qu’il est « un acte républicain (qui) relève de la seule liberté de conscience du maire », laquelle « doit être respectée », Jacques Pélissard dénonçait alors « toute stigmatisation à laquelle peut donner lieu un parrainage accordé par un maire »



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !