J.J. Hyest entre au Conseil constitutionnel.      
mercredi 30 septembre 2015

 

La commission des Lois du Sénat a validé mercredi à l’unanimité la nomination de Jean-Jacques Hyest au Conseil constitutionnel, proposée par le président du Sénat Gérard Larcher.

La nomination de Jean-Jacques Hyest (Les Républicains), lui-même ancien président de la Commission des Lois (il ne prenait pas part au vote), a été validée à l’unanimité. Sur 36 votants, les 34 suffrages exprimés étaient en faveur de la nomination, pour 2 bulletins blancs.

Le sénateur de 72 ans succédera au Conseil constitutionnel à Hubert Haenel, décédé le 10 août 2015, après avoir été nommé en 2010. Il accomplira donc la seconde partie du mandat de M. Haenel jusqu’en 2019 (les membres du Conseil constitutionnel sont nommés pour neuf ans).

L’ancien président de la Commission des Lois au palais du Luxembourg de 2004 à 2011 a annoncé qu’il aurait "à coeur de faire respecter les droits légitimes du Parlement" au Conseil constitutionnel, où il compte défendre les libertés publiques. "Ca me paraît être la mission prioritaire du Conseil".

Il a également fait savoir qu’il continuerait de "défendre [ses] positions et (essaierait) de convaincre (ses) collègues, dont certains ne connaissent pas ce qui fait la richesse d’un Parlement. Ils l’ont vu de l’extérieur, ce sont des gens éminents, mais ils ont besoin un petit peu de se frotter avec des gens qui sont peut-être moins diplômés mais qui ont plus de réalisme et qui, en fin de compte, connaissent mieux la réalité des choses."

M. Hyest, 72 ans, est un élu de Seine-et-Marne, où il a occupé presque toutes les fonctions électives.

Administrateur territorial, il a dirigé les services de son Conseil général. Il a été élu sénateur pour la première fois en 1995. Il est également maire de La Madeleine-sur-Loing (Seine-et-Marne) depuis 2001, conseiller général depuis 1982 et fut député de 1986 à 1995.

M. Hyest devrait être remplacé à la Haute-Assemblée par Anne Chain-Larché, maire LR de Saint-Denis-Lès-Tebais (Seine-et-Marne) et tête de liste Les Républicains en Seine-et-Marne aux élections régionales de décembre.

Legifrance texte



Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République