Renforcer le contrôle des dépenses électorales      
jeudi 16 juillet 2015

 

La commission des Finances de l’Assemblée nationale a adopté un rapport préconisant une vingtaine de mesures pour renforcer le contrôle du financement des campagnes électorales, en portant notamment à six ans la durée maximale de l’inéligibilité encourue en cas d’infraction. Le renforcement constant des procédures qui encadrent le financement de la vie politique n’a pas permis « de dissiper un soupçon persistant à l’encontre de l’ensemble des formations politiques » et de ceux qui « assument la charge de la gestion des affaires du pays », écrit le rapporteur, le député socialiste Romain Colas. Une défiance qui se nourrit « en particulier du poison des affaires ». Un meilleur encadrement du financement passe, selon lui, « par la responsabilisation des acteurs » : « Si on rajoute de la transparence, on n’a pas besoin de multiplier les règles. » Parmi les mesures proposées figure notamment de « porter à six ans (pour toutes les élections) la durée de l’inéligibilité » encourue en cas d’infraction à la législation sur le financement des campagnes électorales. Une durée jugée susceptible d’ »écarter durablement » des personnes qui n’auraient pas respecté les règles et porté ainsi atteinte à la démocratie. Les candidats peuvent actuellement « encourir une inéligibilité d’une durée maximale de trois ans ». Le rapport préconise également un renforcement des moyens humains et matériels de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). Pour une meilleure transparence, il propose de contraindre les partis à « rendre compte de manière plus fréquentes de leurs finances au cours d’un exercice comptable », « par exemple dans le cadre de rapports semestriels ». Selon le rapport, les « nouvelles modalités de l’action politique, tels que les primaires et les micropartis », doivent également être prises en compte par les dispositifs de contrôle, pour garantir « l’égalité devant la loi ».

source gazettedescommunes.com



Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République