Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Réforme du travail parlementaire au Sénat et Conseil constitutionnel      
jeudi 11 juin 2015

 

Le Conseil constitutionnel a validé l’essentiel de la réforme du règlement du Sénat.Ci-dessous le communiqué de presse du Conseil :

"Par sa décision n° 2015-712 DC du 11 juin 2015, le Conseil constitutionnel s’est prononcé sur la résolution tendant à modifier le règlement du Sénat dont il avait été saisi par le Président du Sénat conformément au premier alinéa de l’article 61 de la Constitution. Cette résolution comportait 18 articles. Le Conseil constitutionnel a censuré un article, formulé des réserves sur six articles et jugé conforme à la Constitution les autres dispositions de la résolution. Le Conseil constitutionnel a, en outre, examiné d’office le deuxième alinéa de l’article 32 du règlement du Sénat pour le déclarer conforme à la Constitution sous une double réserve d’interprétation.

L’article 1er de la résolution crée un régime de retenues financières appliquées aux sénateurs en fonction de leur participation aux travaux du Sénat. Le Conseil constitutionnel a, sur ce point, formulé une réserve selon laquelle ces dispositions ne sauraient permettre de regarder un sénateur votant par délégation dans le respect des dispositions de l’ordonnance n° 58-1066 du 7 novembre 1958 comme absent lors du vote.

Le Conseil constitutionnel a, par ailleurs, formulé une réserve sur les dispositions relatives au délai de dépôt des amendements en commission (article 6 de la résolution), à la durée de la discussion générale (article 9 de la résolution), aux temps de parole en séance (article 10 de la résolution), à la clôture de la discussion (article 11 de la résolution) et aux interventions en commission et en séance dans le cadre de la procédure d’examen simplifiée des textes (article 13 de la résolution) qui doivent être conciliées avec les exigences de sincérité et de clarté des débats parlementaires.

L’article 7 de la résolution prévoyait que l’avis rendu par le Conseil d’État sur une proposition de loi est annexé au rapport de la commission sauf si l’auteur de la proposition s’y oppose. Le Conseil constitutionnel a jugé que les modalités de communication de l’avis rendu par le Conseil d’État sur une proposition de loi sont, dans leur ensemble, au nombre des conditions que la loi doit fixer en vertu du dernier alinéa de l’article 39 de la Constitution. Les dispositions de l’article 7 de la résolution relevant ainsi du domaine de la loi, elles ont été censurées comme contraires à la Constitution.

Le Conseil constitutionnel a enfin examiné d’office le deuxième alinéa de l’article 32 du règlement du Sénat, lequel n’était pas modifié par la résolution dont le Conseil était saisi. Il a en effet jugé qu’il lui était loisible, à l’occasion de l’examen d’une résolution modifiant le règlement d’une assemblée, de procéder à un nouvel examen de dispositions de ce règlement, lorsqu’un changement de circonstances le justifie. Au cas particulier, l’article 32 du règlement du Sénat n’avait pas été modifié depuis 1995. Or, dans l’intervalle, la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 est intervenue, ce qui avait donné l’occasion au Conseil constitutionnel de juger, s’agissant du règlement de l’Assemblée nationale, que le règlement d’une assemblée parlementaire ne saurait priver le Gouvernement d’obtenir de droit que se tiennent des jours de séance dans le cadre des deux semaines de séance sur quatre qui lui sont réservées par priorité. Le Conseil a formulé la même réserve sur le deuxième alinéa de l’article 32 du règlement du Sénat. "



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !