Commission européenne investie par le Parlement et organisation d’une législative partielle (P. Moscovici)      
mercredi 22 octobre 2014

 

L’investiture mercredi de la Commission Juncker, dont fait partie le député PS Pierre Moscovici, devrait provoquer une législative partielle pour remplacer le nouveau commissaire aux Affaires économiques, ce qui pourrait faire perdre symboliquement la majorité absolue au seul PS à l’Assemblée.

A la suite du vote d’approbation de la nouvelle Commission par le Parlement européen ce midi, le Conseil européen, qui se réunit jeudi et vendredi, va procéder à la nomination de la nouvelle Commission, qui prendra ses fonctions le 1er novembre.

Les deux mandats étant incompatibles, M. Moscovici ne sera donc plus député du Doubs au 1er novembre.

L’exécutif avait en conséquence nommé début mai Pierre Moscovici pour une mission "sur la place de la France en Europe". Lorsqu’un parlementaire est en mission, il peut être en effet remplacé par son suppléant au bout de six mois. Soit le 6 novembre (code électoral). Mais la nomination à cette mission de M. Moscovici n’est intervenue que le 5 mai, or la Commission prend ses fonctions le 1er novembre.

Cette législative, dans la quatrième circonscription du Doubs où Pierre Moscovici n’avait été élu en juin 2012 qu’avec 49% des voix dans une triangulaire, serait difficile pour le PS au regard de l’impopularité actuelle de l’exécutif.

En cas de défaite, le groupe socialiste de l’Assemblée ne comprendrait plus que 288 membres alors que la majorité absolue est de 289, même si la majorité comprend aussi les radicaux de gauche et les écologistes.

Cette majorité absolue est devenue assez symbolique dans la mesure où, du fait de l’abstention quasi-systématique des frondeurs socialistes et de la grande majorité des écologistes sur les textes budgétaires, elle n’est plus atteinte sur ces textes : la partie recettes du projet de budget 2015 a été ainsi votée mardi à l’Assemblée par une majorité de 266 voix contre 245.



Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République