Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Réduire le nombre de parlementaires. Une proposition qui a du sens.      
jeudi 29 mai 2014

 

Le nombre de parlementaires en France est très élevé, comparé aux démocraties parlementaires des pays développés. Telle est la conclusion à laquelle sont parvenus plusieurs sénateurs qui proposent d’en réduire le nombre (PPL Sénat 538, session 2014).

La France s’appuie aujourd’hui sur 925 parlementaires, alors que les États-Unis en comptent 535 pour un pays presque 5 fois plus peuplé et l’Allemagne 700 pour 1,25 fois notre population... Près de nous, certains États (l’Italie, notamment) s’engagent dans des réformes majeures qui tendent à diminuer fortement le nombre de représentants nationaux. Le tableau ci-dessous permet de comparer la situation de plusieurs démocraties occidentales au regard de leur nombre de parlementaires par rapport à leur population.

Depuis l’avènement de la Ve République, le nombre de représentants de la Nation a évolué, parfois en fonction de la démographie, parfois en fonction du mode de scrutin. Il convient, à ce titre, de rappeler que l’augmentation conséquente du nombre de députés liée au passage au scrutin proportionnel (+ 95 en 1986 en passant de 482 à 577) n’a pas été suivie d’une baisse lors du retour au scrutin majoritaire.

La présente loi organique vise à diminuer le nombre de parlementaires. À un moment où la France doit mobiliser toutes ses forces pour se redresser, l’auteur de cette proposition de loi organique souhaite préserver le bicamérisme institué par notre Constitution et permettre au travail parlementaire d’être plus efficace et moins coûteux. À cette fin, il propose une réduction du nombre de députés de 577 à 400 et du nombre de sénateurs de 348 à 250. Ainsi le ratio de parlementaires rapporté au nombre d’habitants serait plus proche de ce qui se pratique dans les autres démocraties occidentales.

Cette proposition de loi organique permettra de renforcer la qualité du travail du législateur en concentrant son action sur les projets et propositions qui lui sont soumis. Elle contribuera également à limiter l’inflation législative, maintes fois dénoncée, et participera de la limitation du poids des groupes de pression dans le processus législatif.

Elle se traduira par une réduction du coût budgétaire de la représentation nationale dans une période où chaque institution publique est appelée à limiter ses moyens pour favoriser le redressement des comptes publics.

Au moment où le gouvernement annonce une indispensable réduction de la dépense publique (50 milliards d’euros annoncés sur 3 ans de 2015 à 2017 dont 19 milliards sur le budget de l’État),

Au moment où le Premier ministre envisage de s’attaquer au « millefeuille territorial » et de supprimer les conseils départementaux dans un même esprit d’économie et d’efficacité,

Au moment où la loi votée sur le non cumul des mandats peut laisser présager une plus grande disponibilité des parlementaires pour leur travail législatif et de contrôle,

Il est opportun de prendre cette mesure destinée à améliorer l’efficacité du travail parlementaire et à en réduire le coût.

L’objet de la présente proposition de loi organique est de diminuer le nombre de parlementaires en réduisant le nombre de députés qui passerait de 577 à 400 (article 1er). Le nombre des sénateurs de métropole s’établirait à 237 au lieu de 326 (article 2), tandis qu’en Nouvelle Calédonie, Polynésie et Mayotte le nombre de sénateurs passerait de 2 à 1 (articles 3 et 4), et que la représentation des Français de l’étranger serait assurée par 6 sénateurs au lieu de 12 actuellement (article 5).

La France compte 1 parlementaire pour 101 538 habitants. Comparatif.

Pays

Nombre d’habitants

Nombre de parlementaires

Ratio Total parlementaires/habitants

Députés

Sénateurs

Total

Allemagne

82 millions

631

69

700

1 pour 117 142

Belgique

11 millions

150

71

221

1 pour 166 916

Espagne

47 millions

350

256

606

1 pour 77 557

États Unis

316 millions

435

100

535

1 pour 590 654

France

66 millions

577

348

925

1 pour 71 351

Italie (avant la réforme de M. Renzi)

61 millions

630

315

945

1 pour 64 550

Italie (après la réforme de M. Renzi)

630

0

630

1 pour 96 825

Royaume Uni

63 millions

650

760

1410

1 pour 44 680



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !