Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


La Charte Etat - collectivités territoriales - associations      
lundi 17 février 2014

 

« L’homme ne peut rien faire en bien ou en mal qu’en s’associant. Il n’y a pas d’armure plus solide contre l’oppression ni d’outils plus merveilleux pour les grandes œuvres ». C’est en citant Waldeck-Rousseau, père de la loi de 1901 sur le droit d’association, que le Premier ministre a conclu avec emphase son intervention, vendredi 14 février, lors d’un déplacement à Nancy pour la signature de la nouvelle Charte d’engagements réciproques entre l’État, le mouvement associatif et les collectivités territoriales. « Les signataires de cette charte s’engagent, sous le regard des citoyens, dans une démarche partenariale visant à mieux reconnaître la vie associative dans notre pays et à intensifier leur coopération au service de l’intérêt général », précise en préambule la charte. Celle-ci succède au texte de 2001, adopté sous le gouvernement Jospin, mais qui, aux yeux de beaucoup d’interlocuteurs associatifs, était resté lettre morte. Cette nouvelle charte change la donne en intégrant les collectivités territoriales, « désormais parties prenantes à l’intérêt général et à la vie de la cité aux côtés de l’État ». L’AMF, l’ADF, l’ARF, l’AMGVF et le Réseau des collectivités territoriales pour une économie solidaire (RTES) sont signataires de cette charte dont la négociation s’est révélée plus âpre que prévu, nécessitant un report de sa signature initialement envisagée en décembre. C’est André Rossinot, secrétaire général de l’AMF, et de l’AMGVF, qui représentait le bloc communal à cette signature. Il est notamment intervenu pour rappeler les principes qui avaient été défendus par l’AMF lors des négociations avec les pouvoirs publics. Les maires ont notamment « défendu le fait qu’on ne pouvait demander aux collectivités de s’engager sur une durée de leur soutien. Ils n’ont pas non plus transigé sur la définition de ce soutien que les associations voulaient lier à la notion de subvention (...). Le troisième point d’accrochage a porté sur le droit de regard des associations sur la gestion des collectivités », explique Jean-Marie Darmian, maire de Créon, qui représentait l’AMF dans cette négociation, dans une interview à paraître dans le numéro de mars de Maires de France . Si les collectivités s’engagent à « favoriser la création de lieux d’accueil et la mise en œuvre de différentes formes de soutien » (dont la subvention), les associations s’engagent, elles, notamment à « améliorer leur gouvernance démocratique » (non-cumul des mandats, promotion de la parité et de la non-discrimination). A Nancy, le Premier ministre était entouré des ministres délégués au Sport, à la Ville et aux Personnes âgées, chacun présentant dans son domaine des projets spécifiques. A l’instar de celui d’un « volontariat civique senior » créé par le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement porté par Michèle Delaunay, qui a rappelé que cinq millions (soit plus d’un tiers) des bénévoles sont des personnes âgées ». En tout, « douze millions de bénévoles sont engagés dans plus d’un million d’associations » et le mouvement associatif « participe pour près de 3% à notre PIB avec plus de 80 milliards d’euros », rappellent les services du Premier ministre. Cet engagement associatif vient d’être consacré grande cause nationale 2014 alors qu’une conférence nationale de la vie associative est annoncée « d’ici à 2015 ». D’ici là, « au printemps 2014 », une nouvelle circulaire relative aux relations entre associations et pouvoirs publics est promise par le gouvernement, de façon « à mieux assurer la compatibilité du modèle français de la subvention avec le cadre communautaire ».

la Charte



L’administration à la veille d’un “spoils system” ?
Corse. Vers la collectivité unique.
Les élus communautaires seront-ils bien élus au suffrage universel direct en 2020 ?
Plus forte régionalisation ou début d’un fédéralisme ?
AAI /API limitées à 26. Excellente proposition de loi organique sénatoriale.
Regroupement de communes. Encore une loi...
Le souffle nouveau des communes nouvelles
Etablissements publics locaux : état des lieux
Décentralisation. Région Grand Est, une réalité.
Collectivités. Consultation populaire. Ordonnance.
Déontologie des fonctionnaires. Loi adoptée.
Les collectivités territoriales et la diplomatie
Réorganisation des préfectures. Vraiment ?
Départements. Augmentation sensible des dépenses sociales
L’intercommunalité en 2016.
Acte III du choc de la simplification administrative
Développer le contrôle des assemblées sur l’exécutif local
La France compte moins de 36 000 communes.
Une commune sur deux à moins de 500 habitants.
Communes nouvelles : 772
Les présidents des nouvelles régions
État d’urgence. Compétences des maires.
55 villes nouvelles.
Régionales 2015. 7 régions à droite, 5 à gauche et un FN au plus haut en suffrages exprimés.
Déconcentration. Vers de nouvelles relations entre l’Etat et les territoires ?
Les autorités administratives indépendantes sous le feu sénatorial.
Réduction drastrique des intercommunalités
Délimitation des régions et calendrier électoral confirmés par le Conseil d’Etat.
13 régions. Les perdantes et les gagnantes (Moody’s)
La décentralisation n’interdit pas des renationalisations financières...