Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Les dérives de la Ve République. Vraiment ?      
jeudi 7 novembre 2013

 

Le président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré a critiqué mercredi sur France-Info "un certain nombre de dérives qui ont écorné l’efficacité de la Ve République", citant notamment la session parlementaire unique, la discussion publique sur le texte de la commission et non plus comme initialement sur celui du gouvernement et la multiplication des commission parlementaires.

"Il y a un certain nombre de modifications qui ont écorné l’efficacité de la Ve République", a déclaré M. Debré. "La session unique est une erreur. Initialement, il y avait deux sessions, ce qui permettait pendant les sessions aux députés et aux sénateurs d’être présents à Paris et pendant les intersessions d’aller dans leur circonscription" "Deuxièmement, l’erreur est que l’on a multiplié les commissions parlementaires. Exactement les symptômes de la IVe République", qui avaient abouti à son "effondrement", a poursuivi le président du Conseil constitutionnel dont le père, l’ancien Premier ministre Michel Debré, a participé à la rédaction de la constitution de 1958.

"Ensuite, on a fait que le texte de loi qui est discuté dans l’hémicycle n’est pas celui du gouvernement, un projet de loi, mais celui de la commission. Or il faut bien voir que la loi est la transcription juridique, législative de l’action gouvernementale. On manque de cohérence", a-t-il également estimé. "Parallèlement à cela, on voit, ce qui était le cas dans la IVe République, l’émergence de partis politiques qui en réalité sont des chapelles qui abritent de multiples partis politiques. Au début de la Ve, les grands partis étaient unis et cohérents. Il y a maintenant de multiples tendances, on retrouve une sorte de multipartisme. Voilà ce qui est en train de miner le fonctionnement de nos institutions", selon M. Debré.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !