Droitpublic.net

 


Responsabilité pénale de l’ancien président de la République. N. Sarkozy mis en examen.      
vendredi 22 mars 2013

 

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a été inculpé jeudi pour "abus de faiblesse" aux dépens de la milliardaire Liliane Bettencourt. L’affaire porte notamment sur d’éventuels financements illégaux de la campagne présidentielle de 2007. M. Sarkozy "qui bénéficie de la présomption d’innocence, s’est vu notifier une mise en examen du chef d’abus de faiblesse, commis en février 2007 et courant 2007 au préjudice de Liliane Bettencourt", a indiqué le parquet de Bordeaux dans un communiqué.

L’abus de faiblesse est passible de trois ans d’emprisonnement, de 375’000 euros d’amende et d’une peine d’inéligibilité de cinq ans maximum. L’inculpation est intervenue après l’audition de l’ancien président au palais de justice de Bordeaux et sa confrontation avec au moins quatre anciens membres du personnel de la milliardaire : l’ex-majordome Pascal Bonnefoy, une ancienne femme de chambre, une infirmière et un autre maître d’hôtel, selon l’avocat de M. Bonnefoy. L’entrevue entre MM. Sarkozy et Bonnefoy a porté sur le nombre de visites effectuées par l’ancien président au domicile de la milliardaire pendant la campagne présidentielle de 2007, a précisé le défenseur.

N. Sarkozy va demander à la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Bordeaux pour former un recours et pour demander la nullité, notamment de cette mise en examen.

L’affaire avait été déclenchée par l’ex-comptable des Bettencourt, qui avait déclaré à la police en juillet 2010 s’être vu réclamer 150’000 euros (183’000 francs) en liquide par l’ancien homme de confiance des Bettencourt, Patrice de Maistre, début 2007.

Celui-ci lui avait assuré, selon la comptable, vouloir les donner à Eric Woerth, alors trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy. Ce dernier avait remporté les élections de 2007. L’ancien chef de l’Etat, qui nie toute malversation, admet l’existence de cette visite, précisant qu’il s’agissait d’un simple déplacement de courtoisie.

Liliane Bettencourt, 90 ans, est la femme la plus riche du monde avec une fortune estimée à 30 milliards de dollars, affirme le classement du magazine "Forbes". L’héritière du géant mondial des cosmétiques L’Oréal est en état de démence depuis 2006 au moins, selon une expertise versée au dossier.



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire