Droitpublic.net

 


Suisse. Souveraineté populaire. Crise des votations populaires      
lundi 26 novembre 2012

 

Plusieurs quotidiens suisses s’interrogent après la faible participation à la votation fédérale de dimanche sur la prévention des épizooties. "Ce virus de l’abstentionnisme", qualifié même de "bide", va même jusqu’à inciter certains à se demander si la votation populaire est encore crédible.

"Il existe une limite en dessous de laquelle la participation ne peut fléchir, sous peine de discréditer l’institution elle-même", écrit "Le Temps" dans son édition de lundi. Avec une participation à 27 %, et similiaire pour les objets des votations cantonales à Genève ou dans le canton de Vaud, il est toutefois encore "prématuré" de dire si ce seuil est franchi, ajoute encore le quotidien genevois.

"Ça s’appelle un bide", résume l’éditorialiste des quotidiens "La Liberté", "L’Express" et "L’Impartial". Certes, après l’échec des récoltes de signatures pour les référendums sur les accords Rubik, ne restait "qu’un tout petit os à ronger, sans grande consistance", ajoute-t-il aussi. "Le Temps" met en cause l’activisme des "complotistes et naturopathes" qui ont lancé le référendum sur les épizooties.

Et "Le Quotidien jurassien" estime même qu’il aurait fallu reporter cette consultation aux prochaines votations en mars. Une mesure qui "n’aurait tué personne et aurait évité des frais inutiles", souligne-t-il, évoquant un "virus de l’abstentionnisme".

Si les Suisses ont toujours refusé une limitation de leurs droits populaires, "le prix à payer en est l’insignifiance de certaines votations", regrette "Le Temps".

"Le Quotidien jurassien" analyse par ailleurs l’approbation de la loi sur la prévention des épizooties. "Le virus de l’intox n’a heureusement pas contaminé les votants, la révision de la loi n’accentuant pas le recours aux vaccins dans les élevages", estime-t-il.

Mais d’ajouter aussi que la campagne des opposants aura rappelé aux autorités sanitaires que leur crédibilité passe par une distance avec le "lobby pharmaceutique". Outre-Sarine, le "St. Galler Tagblatt" attribue la faible participation à la qualité des soins vétérinaires en Suisse. Une mobilisation à la baisse qui ne surprend pas la "Neue Zürcher Zeitung" après une campagne qui n’a provoqué "de fortes vagues".

Pour autant, la dicussion sur la prévention des épizooties "ne devrait pas être cédée seulement aux critiques des vaccins", déplore "l’Aargauer Zeitung". Et la "Berner Zeitung" de souhaiter qu’ils se soient rendus compte du "fort vent" qui a soufflé contre leur opposition.

source : rmandie.com



Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec