Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Rejet du projet LFSS. Le Sénat encore dans l’adversité      
vendredi 16 novembre 2012

 

Une nouvelle fois, les sénateurs envoient un signal fort au Gouvernement Ayrault, qui pourrait remettre en cause les choix politiques arbitrés par l’Elysée. Après avoir rejeté, début novembre, le projet de loi de programmation des Finances publiques pour les années 2012 à 2017, le Sénat marque une nouvelle fois sa désapprobation en rejetant le projet de loi de Financement de la sécurité sociale pour 2013. Et pourtant, lors de l’examen du texte, la Commission des affaires sociales avait fait adopter 54 amendements "afin d’appuyer l’effort de redressement des comptes sociaux", dont celui sur l’huile de palme, dit "amendement Nutella".

Décidément, le Gouvernement Ayrault enchaîne les désaveux, puisqu’il a également dû représenter en Conseil des ministres du 14 novembre son projet de loi sur le logement suite à la censure du premier projet de loi par le Conseil constitutionnel le 24 octobre dernier.

Le Sénat, pourtant à majorité de gauche depuis un an, explique les raisons du rejet du texte par 186 voix contre, pour 155 voix pour. Dans le projet de loi déposé par le gouvernement, il est prévu que :

les prévisions de recettes pour l’année 2013 s’établissent à 457,1 milliards d’euros pour l’ensemble des régimes obligatoires de base, en hausse de 4% par rapport au niveau de l’exercice 2012, le montant de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) est fixé à 175,4 milliards d’euros pour 2013, soit 4,6 milliards d’euros supplémentaires consacrés à la santé par rapport à 2012. Or, le respect d’un objectif de dépenses en hausse de 2,7% nécessitera un effort d’économies par rapport à la croissance spontanée des dépenses prévue pour être de 2,4 milliards en 2013. Or ces mesures d’économies seraient avant tout atteintes par une plus grande efficience du système de soins, mais sans garanties sur les résultats.

En conséquence, l’Assemblée nationale aura une nouvelle discussion en séance publique sur le texte qu’elle avait adopté à l’origine, et donc sans les amendements du Sénat.

source net-iris.net



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !