Droitpublic.net

 


L’argent des législatives       
Itw RMC.
mardi 12 juin 2012

 

Pour les partis politiques, l’heure n’est pas uniquement aux tractations en vue du second tour. Le temps est aussi venu de faire des calculs : car en fonction des résultats obtenus, les partis obtiennent un financement de l’Etat. Chaque voix exprimée rapporte en moyenne 1,70 euro par an aux formations politiques, à condition d’atteindre 1% dans au moins 50 circonscriptions. Sans surprise, le PS arrive en tête du classement, suivi par l’UMP. Le Front national complète le podium : son bon score lui permet de passer d’une subvention de 1,8 million à 6 millions d’euros par an, soit un gain triplé en 5 ans. Suivent le Front de gauche et EELV. Pour le MoDem de François Bayrou, c’est la catastrophe : l’aide de l’Etat s’élèvera à moins de 800 000 euros par an (voir classement ci-dessous).

Pour les partis, cet argent permet par exemple de s’occuper des fédérations locales, souvent délaissées lorsque les fonds manquent. « Ce que nous n’avons plus fait depuis cinq ans, c’est irriguer nos fédérations départementales », explique à RMC Wallerand de Saint-Just, trésorier du Front national. « Nous allons nous employer dans les mois et années qui vont venir à les remonter, à les refaire fonctionner au mieux. Ça permet aux fédérations de louer des permanences et de recommencer à imprimer du papier, à dépenser de l’essence, bref, toute dépense normale. Il n’y a pas que le siège du FN, il y a 90 succursales. C’est assez considérable, d’ailleurs ! Et si ça fonctionne bien, c’est une vraie machine de guerre. »

« C’est un système équilibré » Pascal Jan est vice-président du Cercle des constitutionnalistes, et spécialiste des finances publiques. Pour lui, il s’agit d’ « un système équilibré, parce que les grands partis politiques sont financés à la hauteur de leurs ambitions. Mais ça n’empêche pas non plus les formations politiques naissantes, et relativement représentatives au niveau local, d’accéder à ce financement », explique-t-il, tout en avertissant : « Encore une fois, c’est un financement public ! S’il n’y avait pas de financement public, ce serait un financement privé. Là, on tomberait dans l’inégalité complète, selon la sociologie des membres des différents partis politiques, et leur positionnement sur l’échiquier politique. » Les résultats détaillés (par an et en €) : 1. Parti socialiste : 12,9 millions 2. UMP : 11,9 millions 3. FN : 5,9 millions 4. Front de gauche : 3 millions 5. EELV : 2,4 millions 6. Divers droite : 1,5 million 7. Divers gauche : 1,4 million 8. Nouveau centre : 968 000 9. Centre pour la France (MoDem) : 778 000 10. Radical de gauche : 729 000 11. Parti radical : 545 000 12. Extrême gauche : 431 000



Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec