Droitpublic.net

 


Législatives. Mode d’emploi       
jeudi 17 mai 2012

 

Les Français sont appelés à voter lors des élections législatives, dont le premier tour se tiendra le 2 ou le 3 juin pour les Français de l’étranger, et le 10 juin pour les autres circonscriptions. Ils éliront les 577 députés (un par circonscription) qui siègeront à l’Assemblée nationale pendant les cinq prochaines années.

Qui peut se présenter ?

Pour présenter sa candidature, le candidat doit remplir les conditions énumérées dans le Code électoral, à savoir : être Français, électeur et être majeur au 1er janvier de l’année d’élection. L’âge limite a en effet été abaissé de 23 à 18 ans en 2011.

En 2007, il y avait 7.540 candidats pour les 577 circonscriptions françaises. Et plus d’une douzaine de partis politiques présentaient des candidats.

Où se présenter ?

Tout candidat peut se présenter dans la circonscription de son choix et pas uniquement dans celle où il est inscrit électoralement.

Ainsi, Stéphanie Bowring, candidate du Parti Radical de Gauche, réside à Paris et présente sa candidature dans la première circonscription, celle d’Amérique du Nord. Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de Gauche, se présente lui dans la circonscription d’Hénin-Beaumont où il ne vit pas, et où il n’a aucune attache non plus.

En revanche, une seule candidature est envisageable, il est ainsi impossible de se présenter dans deux circonscriptions différentes lors du même scrutin.

Jusqu’à quand ?

La date de dépôt des candidatures est décidée par arrêté (par département) pour chaque élection. Pour le premier tour des législatives, la période va du 14 mai au vendredi 18 mai 2012 à 18 heures.

Dès le 14 mai, les candidatures ont commencé à affluer dans les préfectures. Nouveauté cette année : un tirage au sort définit ensuite l’ordre d’affichage sur les panneaux électoraux de chaque circonscription.

Qui peut voter ?

Peuvent voter les personnes de nationalité française, âgées d’au moins 18 ans la veille du premier tour du scrutin, et jouissant de leurs droits civiques et politiques.

Pour s’inscrire sur la liste électorale d’une commune, il faut y avoir un domicile, une résidence ou être assujetti aux impôts locaux de la commune depuis plus de 5 ans. Pas question de voter à Nice, si vous vivez à Lille. Vous pouvez en revanche y présenter votre candidature (voir ci-dessus).

Les Français établis hors de France ont plusieurs possibilités. Ils peuvent choisir de voter dans leur commune de naissance, dans la commune de leur dernier domicile, la commune de leur dernière résidence à condition d’y avoir résidé au moins 6 mois, la commune de naissance ou d’inscription d’un ascendant (père, mère, grand-père, grand-mère, etc.), ou encore la commune d’inscription du conjoint ou d’un parent (jusqu’au 4e degré, un grand oncle par exemple).

Les Français de l’étranger ont donc le choix, soit de s’inscrire sur la liste électorale consulaire, et donc de voter dans le pays où ils résident, soit de voter en France, en étant rattaché à une commune.

Attention, une fois inscrit sur une liste électorale consulaire, il n’y a plus de possibilité de voter en France. En cas de retour définitif par exemple, il faut préciser expressément le changement de domiciliation.

Qui ne le peut pas ?

Les ressortissants européens, qui ont le droit de vote aux élections européennes et municipales, ne peuvent pas voter aux élections législatives.

Comment être élu ?

Pour être élu au premier tour, un candidat doit recueillir plus de 50 % des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal à 25 % des électeurs inscrits. En 2007, 110 députés ont été élus au premier tour.

Si aucun candidat n’est élu dès le premier tour, il est procédé à un second tour une semaine plus tard.

Les deux candidats arrivés en tête peuvent se maintenir. Les candidats suivants peuvent se maintenir s’ils ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits.

Selon Regards Citoyens, au vu des scores de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, il pourrait y avoir en juin 2012 jusqu’à 345 triangulaires FN / PS / UMP (dont 14 quadrangulaires possibles avec le Front de Gauche).

Le candidat qui obtient le plus grand nombre de suffrages au second tour est élu.



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire