Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Premier bilan d’activité du Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques      
vendredi 6 avril 2012

 

Au rang des nombreuses avancées issues, au profit du Parlement, de la révision de la Constitution du 23 juillet 2008 (1), la moindre n’est pas celle qui a consisté, dans son nouvel article 24, à compléter expressément les deux missions traditionnelles du Parlement que sont le vote de la loi et le contrôle de l’action du Gouvernement, par l’évaluation des politiques publiques.

Cette révision constitutionnelle a, ce faisant, constitué une forme de couronnement juridique d’une démarche initiée antérieurement, soit de manière pragmatique, soit dans le cadre de textes de niveau moindre dans la hiérarchie des normes, qu’ils soient organiques ou ordinaires. Le Parlement avait ainsi adopté une proposition de loi instituant un Office mixte d’évaluation des politiques publiques dès 1996 (2). L’Assemblée nationale a ensuite créé la Mission d’évaluation et de contrôle (MEC) au sein de sa commission des Finances en 1999, à la suite des conclusions du groupe de travail sur le contrôle parlementaire et l’efficacité de la dépense publique. L’article 59 de la loi organique relative aux lois de finances du 1er août 2001 a introduit dans le droit budgétaire la notion de « mission de contrôle et d’évaluation ». Enfin, la Mission d’évaluation et de contrôle de l’exécution des lois de financement de la sécurité sociale (MECSS) a institué le pendant de la MEC dans le domaine social dès 2004, avant que la réforme de la loi organique relative aux lois de financement de la sécurité sociale du 2 août 2005 ne lui confère un fondement organique (3). Plus généralement, les commissions permanentes, dans le cadre de leurs missions d’information, voire les commissions d’enquêtes sur des sujets plus ponctuels, ont pu réaliser des évaluations de politiques publiques, même sans qualifier ainsi leurs travaux.

Le rapport



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !