Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Le scrutin législatif mixte. Oui mais à certaines conditions.       
Opinion
lundi 20 février 2012

 

La proportionnalisation partielle du scrutin législatif s’invite de nouveau dans le débat public. La plupart des candidats, dont le Président sortant, y sont favorables. Soit. La proposition n’est pas nouvelle à gauche. Elle est occasionnellement défendue par les formations conconservatrices. Les puristes peuvent s’en affoler. Ils n’ont pas franchement tort. Les progressistes peuvent s’en réjouir. Ils n’ont pas nécessairement raison.

La représentation proportionnelle a pour effet, chacun le sait, d’éclater l’offre politique et par voie de conséquence la représentation. Pour autant, ce scrutin dit de justice électorale ne conduit pas nécessairement à l’absence de majorité. Pour preuve, les élections législatives de 1986. À l’inverse le scrutin majoritaire à deux tours n’assure pas automatiquement une majorité claire et cohérente. Pour preuve les élections législatives de 1988, pourtant consécutives à une élection présidentielle. Il est donc vain de croire à des lois immuables quant aux effets des modes de scrutin. D’autres facteurs agissent sur ceux-ci. Ainsi la proportionnalisation partielle ou totale des scrutins municipaux, régionaux et européens autonomisent les formations politiques, tout comme l’appel que constitue l’élection présidentielle. De même, l’octroi de financements publics facilite ou non l’émergence et la pérennité des partis politiques.

Le choix de la proportionnelle, même dosée, aux législatives demande réflexion au-delà des clichés traditionnels. La représentation proportionnelle, certes, morcelle les formations politiques et contribue au multipartisme, mais présente l’immense avantage de pousser les élites politiques au compromis, à la synthèse donc à la modération. Un argument de poids trop rarement avancé par les tenants de la proportionnelle qui n’y voient qu’un argument de justice électorale. Le scrutin majoritaire intégral permet au contraire d’assurer l’exécutif d’une majorité de façon quasi certaine. Avec cet effet primordial : la stabilité gouvernementale, gage d’une action cohérente et efficace sur le moyen terme. On ne peut nier toutefois que le mode de scrutin est plus qu’une simple technique électorale. C’est un moyen d’agir sur le système des partis et, par là-même, sur la structure de la démocratie.

Le mode de scrutin, c’est le mode de la démocratie. Comme l’écrira très justement Michel Debré dans La mort de l’Etat républicain « le mode de scrutin fait le pouvoir, c’est-à-dire qu’il fait la démocratie, ou la tue ". Il convient de ne pas oublier cette loi politique fondamentale.

Afin de combiner justice électorale et efficacité de l’action gouvernementale, le scrutin mixte municipal semble le scrutin le plus approprié pour répondre et satisfaire aux exigences d’une gouvernance politique performante mais néanmoins respectueuse de la pluralité des opinions politiques. Il permet que se dégage une majorité municipale apte à administrer la collectivité tout en garantissant la représentation des courants d’opinions minoritaires représentatifs au sein de l’assemblée délibérante. Mais ce choix transposé au scrutin législatif rencontre une difficulté sérieuse, celle de revenir sur le caractère uninominal du scrutin. Vaste projet mais le seul qui permette de proportionnaliser le scrutin législatif sans risque pour l’exécutif gouvernemental, surtout dans le cadre d’une Constitution qui a dangereusement affaibli en 2008 la seule arme dont dispose le premier ministre pour surmonter une hostilité parlementaire, à savoir celle d’engager sa responsabilité sur un texte de loi.

Pascal Jan



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !