Réduction de 5% du remboursement des frais de campagne      
mercredi 16 novembre 2011

 

Une réduction de 5 % du taux de remboursement par l’Etat des dépenses électorales, annoncée il y a une semaine par François Fillon dans le cadre du nouveau plan de rigueur, a été votée lundi 14 novembre 2011 à l’Assemblée nationale lors de l’examen des dépenses du projet de budget 2012. Cette mesure d’initiative gouvernementale concernera toutes les élections faisant l’objet du dépôt d’un compte de campagne, à l’exception de l’élection présidentielle, pour laquelle « une loi organique sera présentée » avant le scrutin, a indiqué la ministre du Budget, Valérie Pécresse.

La revalorisation des montants des plafonds de dépenses électorales sera parallèlement stabilisée à son niveau de 2011 et jusqu’à la date de retour à l’équilibre des comptes des administrations publiques.

Considérant que « 5 %, c’est ‘peanuts’ », le député non inscrit Jean-Pierre Grand a proposé, sans succès, de réduire de 10 % le remboursement des dépenses électorales.

Le député Marc Le Fur (UMP), rapporteur spécial des crédits de l’administration générale et territoriale de l’Etat pour la commission des finances, lui a répondu qu’ »il ne faut pas minorer » la réduction de 5 % qui s’appliquera à un « chiffre défini en 2000 ».

8 millions d’euros d’économies - Un autre amendement gouvernemental, qui doit être examiné mardi, vise à réduire de 5 % les aides aux partis politiques, a précisé Mme Pécresse. Ces deux mesures représenteront globalement une économie de 8 millions d’euros, a-t-elle noté.

« Attention, la démocratie a un coût. Si on rogne trop sur les moyens, on risque de retomber dans les ornières du financement occulte. C’est vrai que nous sommes dans une période où des mallettes non identifiées circulent, mais je ne voudrais pas que cela devienne une généralité », a lancé Bernard Derosier (PS).

« Au moment où nous réduisons les dépenses de l’Etat, les partis politiques doivent aussi donner l’exemple. Nous avons décidé de limiter le remboursement des dépenses de campagnes électorales en réduisant de 5 % le plafond des dépenses prises en charge. Ce sera également le cas pour les aides aux dépenses politiques, qui étaient restées stables en 2010 et 2011 », avait annoncé le Premier ministre lundi dernier.



Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République