Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


L’arme référendaire aux mains du Sénat      
P. Jan et ph. Blachèr
samedi 5 novembre 2011

 

L’arme référendaire aux mains du Sénat Point de vue | LEMONDE.FR | 04.11.11 | 10h29 • Mis à jour le 04.11.11 | 10h30

par Pascal Jan, professeur de droit public à Sciences Po Bordeaux et Philippe Blachèr, professeur de droit public à Lyon-III

Permettant, dans sa rédaction initiale, au seul président de la République de solliciter directement le peuple en vue d’adopter un projet de loi dans certaines matières ou d’autoriser la ratification d’un engagement international, l’article 11 relevait de ce que les juristes appellent les "pouvoirs discrétionnaires" du chef de l’Etat. C’est une arme stratégique entre ses mains dont a utilisé le général de Gaulle pour asseoir la légitimité de ses réformes constitutionnelles et les présidents François Mitterrand et Jacques Chirac pour entériner des évolutions de l’Union européenne. Avec plus ou moins de succès comme chacun le sait. La révision constitutionnelle de l’été 2008 met fin au monopole du président de la République en matière de déclenchement du référendum. Instaurant un droit d’initiative minoritaire partagée entre par lementaires et électeurs (et non "d’initiative populaire"), le nouvel article 11 prévoit qu’un référendum "peut être organisé" sur une proposition de loi "à l’initiative d’un cinquième des membres du Parlements, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales".

Cette proposition de loi doit évidemment respecter certaines conditions sous le contrôle du Conseil constitutionnel : des conditions liées à la collecte des signatures (1/5e des parlementaires + 4 millions d’électeurs, qui se greffent à la proposition de loi par voie électronique) ; des conditions liées à l’objet du référendum qui doit respecter la Constitution.

Si la proposition de loi n’a pas fait l’objet d’au moins une lecture (et non d’un vote !) par chacune des deux assemblées dans un délai fixé par la future loi organique, le président de la République la soumet au référendum dans les quatre mois qui suivent l’expiration de ce délai.

Le Sénat dispose ainsi d’une arme stratégique. Il est effectivement en mesure de solliciter l’organisation d’un référendum sur un sujet sensible (par exemple le droit de vote des étrangers aux élections locales). Il suffit à la majorité sénatoriale de refuser d’examiner une proposition de loi ayant récolté toutes les signatures dans le cadre du nouveau dispositif. Le refus de lecture "neutralise" le pouvoir discrétionnaire du président de la République en l’obligeant, selon les termes de l’article 11 de la Constitution, à organiser un référendum et à promulguer la proposition de loi en cas d’adoption populaire ("Lorsque le référendum a conclu à l’adoption ... de la proposition de loi, le président de la République promulgue la loi dans les quinze jours qui suivent la proclamation des résultats de la consultation.")

D’aucuns diront que le président de la République peut refuser d’organiser la consultation populaire car l’usage présidentiel de l’article 11 est une faculté, non une obligation. Effectivement l’alinéa 1er, qui donne au président la faculté de prendre l’initiative référendaire, dispose que "le président de la République... peut soumettre au référendum" un projet de loi. Mais a contrario l’alinéa 5 du même article est rédigé à l’indicatif présent : "Si la proposition de loi n’a pas été examinée par les deux assemblées ... le président de la République la soumet au référendum". Le doute n’est donc pas permis : cette disposition impose une obligation au président de la République.

Il reste au législateur à parfaire le dispositif, l’article 11 étant la seule réforme de 2008 en attente des dispositions organiques en assurant l’application.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !