Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Les Présidents du Sénat depuis 1958.      
dimanche 2 octobre 2011

 

Le Sénat, après la victoire historique de la gauche, a élu hier jean-Pierre Bel comme président, le sixième de la Haute Assemblée sous la Ve République. Voici ses prédécesseurs :

  • Gaston Monnerville (1897-1991) : radical-socialiste, avocat, député-maire de Cayenne, conseiller de la République de Guyane, puis sénateur du Lot en 1948, il a présidé aux destinées du Sénat de 1947 à 1968, soit sous les IVe et Ve Républiques. Il ne se représente pas à la présidence en 1968, mais reste au Sénat jusqu’en 1974 avant d’entrer au Conseil constitutionnel.

Gaston Monnerville se heurta au général de Gaulle lorsque celui-ci proposa, en 1962, un référendum pour l’élection du président de la République au suffrage universel.

  • Alain Poher (1909-1996) : président du Sénat de 1968 à 1992, ce centriste est le seul à ce poste sous la Ve à avoir été chef de l’Etat par intérim, deux fois : en 1969 après le départ de de Gaulle suite à l’échec du référendum sur la réforme du Sénat — à laquelle M. Poher s’est opposé — et en 1974 à la mort de Georges Pompidou. En 1969, il avait été défait par Pompidou à l’élection présidentielle.

Réélu sept fois consécutives, il siège durant 40 ans au Palais du Luxembourg, dont 24 ans au "plateau". Après 1981, il anime la bataille au Sénat, devenu bastion de l’opposition, contre le pouvoir socialiste de François Mitterrand et notamment pour l’école privée.

  • René Monory (1923-2009) : sénateur UDF de la Vienne, il est élu au "plateau" en 1992, réélu en 1995, puis battu en 1998. Ministre de l’Industrie, puis de l’Economie de Raymond Barre (1977-1981), ministre de l’Education de Jacques Chirac (1986-1988), ancien maire de Loudun, il quitte en 2004 le conseil général de la Vienne après l’avoir présidé pendant 24 ans et y avoir siégé durant 43 ans.
  • Christian Poncelet (né en 1928) : il effectue trois mandats à la présidence du Sénat à partir de 1998, avant de partir sur une polémique liée à l’appartement qui lui avait été attribué, auquel il a finalement renoncé.

Sénateur des Vosges depuis 1977, il a été membre des gouvernements Messmer, Chirac et Barre entre 1972 et 1977. Agé de 83 ans, ancien député et maire de Remiremont, il préside le Conseil général des Vosges depuis 1976.

M. Poncelet a lancé la réforme du Sénat votée en 2003 : abaissement de l’âge d’éligibilité de 35 à 30 ans et réduction progressive du mandat de neuf à six ans.

  • Gérard Larcher (né en 1949) : désigné candidat par l’UMP pour un deuxième mandat, il préside le Sénat depuis le 1er octobre 2008 après une primaire UMP. Sénateur-maire UMP de Rambouillet (Yvelines), ce Normand de 62 ans a été ministre délégué au travail dans le gouvernement Raffarin III (2004-2005) puis dans celui de Dominique de Villepin (2005-2007).

Amateur de bonne chère et de chevaux, couronné "bébé Blédine" avant de savoir marcher, il a été vétérinaire durant 14 ans. Membre du bureau politique du RPR de 1995 à 1998, puis du comité politique, il a été longtemps proche de Charles Pasqua.

Vice-président du Sénat de 1997 à 2001, président de la commission des affaires économiques (2001-2004), il est sauf sa parenthèse ministérielle sénateur des Yvelines depuis 1986 et maire de Rambouillet depuis 1983. Il a été conseiller régional d’Ile-de-France de 1985 à 1992.

Après son élection, il annonce des économies et notamment une baisse de 30% de ses indemnités de président. En décembre 2010 le régime de retraite des sénateurs est aligné sur le régime général.

En septembre, il refuse de recevoir le président rwandais Paul Kagame pendant sa visite officielle à Paris.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !