Droitpublic.net

 


Cour de Justice de la République. Ch. Pasqua. Réquisitoire.      
vendredi 30 avril 2010

 

L’ancien ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, jugé dans trois affaires de malversations financières présumées, devrait être fixé sur son sort vendredi, à l’issue des délibérations de la Cour de justice de la République (CJR).

L’arrêt de la CJR est attendu en milieu de journée.

Une peine de quatre années de prison dont deux ans ferme, une amende de 200.000 euros ainsi que la "privation des droits électifs" du sénateur UMP de 83 ans ont été requis jeudi par l’avocat Yves Charpenel.

Il a estimé établie la culpabilité de Charles Pasqua pour "corruption passive" et "complicité d’abus de biens sociaux et de recel" dans les trois affaires de malversations financières jugées depuis le 19 avril par la CJR. L’avocat général a mis en cause "la passion politique" ainsi que "la passion familiale et amicale" du ministre qui l’on conduit "à mettre au service" de ses proches des "circuits illicites nés au coeur même du ministère qu ?il dirigeait"

Charles Pasqua encourt jusqu’à dix ans de prison s’il est reconnu coupable d’avoir usé de sa position Place Beauvau, entre 1993 et 1995, pour octroyer des avantages financiers à son entourage, dont son fils unique, Pierre-Philippe Pasqua.

Pour sa défense, au contraire, aucune preuve n’est apportée de la culpabilité du ministre et l’instruction a été menée à charge pour "abattre" Charles Pasqua.

Si les quinze juges de la CJR n’arrivaient pas à se mettre d’accord, le délibéré serait prorogé sans délai, a précisé à l’issue des débats le président de la CJR Henri-Claude Le Gall.

A compter du jour de la décision, le ministère public et le prévenu, disposent, s’ils le souhaitent, de cinq jours pour se pourvoir en cassation.

En cas de condamnation à de la prison ferme, Charles Pasqua reste protégé de toute mesure d’incarcération par son immunité parlementaire que seul le Sénat est en mesure de lever.



On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?