Droitpublic.net

 


Droit de vote des étrangers aux élections municipales. Rejet d’une proposition      
mercredi 31 mars 2010

 

Les députés de la majorité ont, sans surprise, repoussé le 30 mars, par 313 voix contre 212, une proposition de loi socialiste visant à donner le droit de vote et d’éligibilité aux étrangers non-communautaires aux élections municipales.

Alors que seuls les étrangers ressortissants de l’UE ont le droit de vote et d’éligibilité à ces scrutins, le texte présenté par le groupe SRC (socialistes et apparentés) voulait étendre ce droit à tous les étrangers non communautaires installés en France. Jeudi 25 mars, lors de la discussion en séance à l’Assemblée, les députés PS avaient rappelé qu’ils portaient depuis longtemps ce droit politique : une proposition de loi avait même été adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale en 2000, sous Lionel Jospin, mais n’avait pu aboutir du fait de l’opposition du Sénat.

« On vit ensemble, on vote ensemble : c’est cela que pense une majorité de nos concitoyens », y compris dans les rangs de la majorité, a souligné la socialiste Sandrine Mazetier, lors des explications de vote. « Dans le pays de Lumières, pétri d’égalité et d’universalisme, comment comprendre que certains de nos voisins soient privés du droit de vote ? », a-t-elle ajouté, en dénonçant cet « étrange anachronisme ». « Le fait que des milliers d’enfants n’aient pas vu leurs parents aller voter pendant des années, a des conséquences lourdes », a-t-elle ajouté, voyant là « un lien énorme avec l’abstention observée pendant les élections régionales ».

Jean-Christophe Lagarde (Nouveau Centre) a expliqué son opposition au texte en faisant valoir que « le droit de vote ne se saucissonne pas ». « On est citoyen ou on ne l’est pas », a-t-il dit, ajoutant qu’il fallait « faciliter l’accès à la citoyenneté française pour ceux qui la souhaitent ». Enfin Jean-Paul Garraud (UMP) a souligné que « nationalité et citoyenneté sont étroitement liées ». « Pour que les étrangers puissent voter en France, il faut qu’ils acquièrent la nationalité française », a-t-il dit en faisant valoir aussi l’argument de la réciprocité.

source : AFP/gazettecommunes.com



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire