Droitpublic.net

 


Présidentielle 2012. Juppé, candidat sous condition      
lundi 29 mars 2010

 

L’ancien Premier ministre Alain Juppé a affirmé dimanche qu’il n’excluait pas de se présenter à des primaires au sein de son parti, l’UMP, pour l’élection présidentielle de 2012 en France, au cas où l’actuel président Nicolas Sarkozy ne se représenterait pas.

« Comme l’a dit François Fillon (le Premier ministre), le candidat naturel de la majorité en 2012 c’est Nicolas Sarkozy », a-t-il déclaré.

« S’il arrivait, pour des raisons qui lui appartiennent, qu’il ne soit pas à nouveau candidat, je pense qu’il faudra des primaires au sein de l’UMP (droite). Je n’exclus pas à ce moment-là d’être candidat à la candidature », a ajouté l’ancien Premier ministre sur la chaîne BFM TV.

Alain Juppé, 65 ans, a été ministre des Affaires étrangères (1993-1995), puis Premier ministre de 1995 à 1997, sous la présidence de Jacques Chirac.



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire