Droitpublic.net

 


Fillon V. Remaniement gouvernemental      
lundi 22 mars 2010

 

Le président Nicolas Sarkozy a remanié son gouvernement, au lendemain de la cuisante défaite de la droite aux élections régionales, évinçant un de ses poids lourds, le ministre du Travail Xavier Darcos,. Le Premier ministre François Fillon reste à la tête du gouvernement, dont il devra ajuster la stratégie sans remettre en cause le cap des réformes.

Pénalisé par son mauvais score aux régionales (28% contre 56% au candidat de gauche en Aquitaine, dans le sud-ouest du pays), le ministre du Travail et des Affaires sociales, Xavier Darcos, est remplacé par le ministre du Budget, Eric Woerth.

C’est un fidèle de l’ancien président Jacques Chirac, le député François Baroin, qui prend les rênes du budget.

Nicolas Sarkozy fait aussi entrer au gouvernement un proche de son ennemi juré à droite, Dominique de Villepin. Le député Georges Tron sera chargé du portefeuille de la fonction publique, ce qui marque la volonté du président de rassembler toutes les familles de la droite.



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.