Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Régionales 2010. Résultats et perspectives.      
remaniement gouvernemental. Aubry et Royal dans la course à l’Elysée ?
dimanche 21 mars 2010

 

Les Français ont confirmé dimanche, au second tour des élections régionales, leur vote sanction contre la majorité de droite du président Nicolas Sarkozy, qui devrait dans les prochains jours annoncer un remaniement ministériel.

La gauche -et ses alliés écologistes- continuera à diriger l’immense majorité des régions françaises, après avoir remporté au niveau national 54,3% contre 36,1% au parti présidentiel UMP et ses alliés, selon l’institut de sondage OpinionWay.

Sévèrement défaite dans de nombreuses régions, avec des écarts considérables de voix avec la gauche, la droite a toutefois évité un désastre total, en parvenant à conserver l’Alsace et en emportant La Réunion (océan Indien), au cours de ce scrutin qui est aussi le dernier avant la présidentielle de 2012.

En dépit d’une plus forte participation qu’au premier tour -l’abstention est passée de 53,6% à environ 49% selon tous les baromètres, la droite n’a pas suffisamment mobilisé son électorat pour conserver la Corse, une des deux seules régions de métropole (hors outre-mer) qu’elle détenait jusqu’alors avec l’Alsace.

Le Front national (extrême droite), qui était parvenu à se maintenir dans 12 régions, atteint les 8,7% au niveau national selon OpinionWay, avec une poussée à 22% dans le nord très marqué par la crise et jusqu’à 24% dans son bastion de Provence au sud du pays, où se présentait son vieux leader Jean-Marie Le Pen.

Après la claque de dimanche dernier, la droite avait battu le rappel de ses troupes, espérant endiguer la déferlante rose-verte (socialiste et écologistes), tandis que des voix s’élevaient dans la majorité pour appeler Nicolas Sarkozy à réagir.

Avant le premier tour, le président français avait affirmé que le scrutin régional n’aurait pas de conséquences nationales. Mais depuis quelques jours, la presse spécule sur un prochain remaniement ministériel et sur son ampleur.

« Quel que soit le cas de figure, il n’y aura pas de grand remaniement. Ce sera un remaniement modeste, technique, parce que de petits ajustements méritent d’être faits », a prévenu dès samedi Claude Guéant, le principal collaborateur de Nicolas Sarkozy.

Peu après l’annonce des premiers résultats, le secrétaire général de l’UMP Xavier Bertrand a reconnu la défaite : « Objectivement, ce soir, la gauche a remporté les élections régionales. Il faut le reconnaître ». « C’est évidemment pour nous une réelle défaite », a dit le chef des députés UMP, Jean-François Copé.

De son côté, le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë appelait le gouvernement à « corriger sa politique ». « Pour la majorité, c’est une opinion extrêmement négative qui est exprimée de façon très large », a-t-il souligné.

Ces élections régionales se tiennent à mi-parcours du mandat de Nicolas Sarkozy, en chute libre dans les sondages ces derniers mois. En offrant une nette victoire à la gauche, elles relancent les socialistes et leur dirigeante Martine Aubry, qui devient dès ce dimanche présidentiable à gauche.

Autre figure du PS, la candidate malheureuse contre Nicolas Sarkozy en 2007 Ségolène Royale a confirmé son assise régionale avec un score (plus de 60%) lui permettant d’espérer peser au niveau national.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !