Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


QPC. Règlement intérieur du Conseil constitutionnel      
jeudi 18 février 2010

 

Décision portant règlement intérieur sur la procédure suivie devant le Conseil constitutionnel pour les questions prioritaires de constitutionnalité

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu la Constitution, notamment son article 61-1 ;

Vu l’ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel, notamment son article 56 ;

Vu la loi organique n° 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative à l’application de l’article 61-1 de la Constitution, ensemble la décision n° 2009-595 DC du 3 décembre 2009 ;

Vu le décret n° 59-1292 du 13 novembre 1959 sur les obligations des membres du Conseil constitutionnel ;

Vu le décret n° 59-1293 du 13 novembre 1959 relatif à l’organisation du secrétariat général du Conseil constitutionnel, D É C I D E :

Article 1er. - La décision du Conseil d’État ou de la Cour de cassation qui saisit le Conseil constitutionnel d’une question prioritaire de constitutionnalité est enregistrée au secrétariat général du Conseil constitutionnel. Ce dernier en avise les parties à l’instance ou, le cas échéant, leurs représentants.

Le Président de la République, le Premier ministre, les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat en sont également avisés ainsi que, s’il y a lieu, le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, le président du congrès et les présidents des assemblées de province.

Cet avis mentionne la date avant laquelle les parties ou les autorités précitées peuvent présenter des observations écrites et, le cas échéant, produire des pièces au soutien de celles-ci. Ces observations et pièces sont adressées au secrétariat général du Conseil constitutionnel dans les conditions fixées à l’article 2. Les observations et pièces adressées postérieurement à cette date, laquelle ne peut être reportée, ne sont pas versées à la procédure.

Une copie de ces premières observations et, le cas échéant, des pièces produites à leur soutien, est notifiée aux parties et autorités précitées qui peuvent, dans les mêmes conditions, présenter des observations avant la date qui leur est fixée. Ces secondes observations ne peuvent avoir d’autre objet que de répondre aux premières. Une copie en est également notifiée aux parties et autorités précitées.

Article 2. - L’accomplissement de tout acte de procédure ainsi que la réception de tout document et de toute pièce sont mentionnés au registre du secrétariat général du Conseil constitutionnel.

Article 3. - Au cours de l’instruction, les actes et pièces de procédure ainsi que les avertissements ou convocations sont notifiés par voie électronique. Ils font l’objet d’un avis de réception également adressé par voie électronique. À cette fin, toute partie communique au secrétariat général du Conseil constitutionnel l’adresse électronique à laquelle ces notifications lui sont valablement faites.

En tant que de besoin et pour garantir le caractère contradictoire de la procédure, le secrétariat général du Conseil constitutionnel peut recourir à tout autre moyen de communication.

Lorsqu’une partie a chargé une personne de la représenter ces notifications sont faites à son représentant.

Article 4. - Tout membre du Conseil constitutionnel qui estime devoir s’abstenir de siéger en informe le président.

Une partie ou son représentant muni à cette fin d’un pouvoir spécial peut demander la récusation d’un membre du Conseil constitutionnel par un écrit spécialement motivé accompagné des pièces propres à la justifier. La demande n’est recevable que si elle est enregistrée au secrétariat général du Conseil constitutionnel avant la date fixée pour la réception des premières observations.

La demande est communiquée au membre du Conseil constitutionnel qui en fait l’objet. Ce dernier fait connaître s’il acquiesce à la récusation. Dans le cas contraire, la demande est examinée sans la participation de celui des membres dont la récusation est demandée.

Le seul fait qu’un membre du Conseil constitutionnel a participé à l’élaboration de la disposition législative faisant l’objet de la question de constitutionnalité ne constitue pas en lui-même une cause de récusation.

Article 5. - Le président inscrit l’affaire à l’ordre du jour du Conseil et fixe la date de l’audience. Il en informe les parties et autorités mentionnées à l’article 1er.

Il désigne un rapporteur parmi les membres du Conseil constitutionnel.

Article 6. - Lorsque, pour les besoins de l’instruction, le Conseil décide de recourir à une audition, les parties et les autorités mentionnées à l’article 1er sont invitées à y assister. Il leur est ensuite imparti un délai pour présenter leurs observations.

Article 7. - Les griefs susceptibles d’être relevés d’office sont communiqués aux parties et autorités mentionnées à l’article 1er pour qu’elles puissent présenter leurs observations dans le délai qui leur est imparti.

Article 8. - Le président assure la police de l’audience. Il veille à son bon déroulement et dirige les débats.

L’audience fait l’objet d’une retransmission audiovisuelle diffusée en direct dans une salle ouverte au public dans l’enceinte du Conseil constitutionnel.

Le président peut, à la demande d’une partie ou d’office, restreindre la publicité de l’audience dans l’intérêt de l’ordre public ou lorsque les intérêts des mineurs ou la protection de la vie privée des personnes l’exigent. Il ne peut ordonner le huis clos des débats qu’à titre exceptionnel et pour ces seuls motifs.

Article 9. - Dès l’ouverture de l’audience, l’emploi de tout appareil permettant d’enregistrer, de fixer ou de transmettre la parole ou l’image, autre que ceux nécessaires à la retransmission citée à l’article précédent, est interdit dans la salle d’audience comme dans la salle ouverte au public.

Le président peut toutefois, après avoir recueilli l’avis des parties présentes, ordonner la diffusion de l’audience sur le site internet du Conseil constitutionnel.

Il peut aussi en ordonner la conservation si elle présente un intérêt pour la constitution d’archives historiques du Conseil constitutionnel.

Article 10. - À l’audience, il est donné lecture de la question prioritaire de constitutionnalité et d’un rappel des étapes de la procédure.

Les représentants des parties, s’ils sont avocats au Conseil d’État et à la Cour de cassation ou avocats et, le cas échéant, les agents désignés par les autorités visées à l’article 1er, sont ensuite invités à présenter leurs éventuelles observations orales.

Article 11. - Seuls les membres du Conseil constitutionnel qui ont assisté à l’audience peuvent participer à la délibération.

Sans préjudice de l’application de l’article 58 de l’ordonnance du 7 novembre 1958 susvisée, cette délibération n’est pas publique.

Article 12. - Les décisions du Conseil constitutionnel comportent le nom des parties et de leurs représentants, les visas des textes applicables et des observations communiquées, les motifs sur lesquels elles reposent et un dispositif. Elles indiquent le nom du rapporteur. Elles mentionnent le nom des membres qui ont siégé à la séance au cours de laquelle elles ont été prises.

Elles sont signées par le président, le secrétaire général et le rapporteur et sont communiquées, notifiées et publiées conformément à l’article 23-11 de l’ordonnance du 7 novembre 1958 susvisée.

Article 13. - Si le Conseil constitutionnel constate qu’une de ses décisions est entachée d’une erreur matérielle, il peut la rectifier d’office, après avoir provoqué les explications des parties et des autorités mentionnées à l’article 1er. Les parties et les autorités mentionnées à l’article 1er peuvent, dans les vingt jours de la publication de la décision au Journal officiel, saisir le Conseil constitutionnel d’une demande en rectification d’erreur matérielle d’une de ses décisions.

Article 14. - La présente décision sera publiée au Journal officiel de la République française.

Délibéré par le Conseil constitutionnel dans sa séance du 4 février 2010, où siégeaient : M. Jean-Louis DEBRÉ, Président, MM. Guy CANIVET, Jacques CHIRAC, Renaud DENOIX de SAINT MARC, Olivier DUTHEILLET de LAMOTHE et Valéry GISCARD d’ESTAING, Mme Jacqueline de GUILLENCHMIDT, MM. Pierre JOXE et Jean-Louis PEZANT, Mme Dominique SCHNAPPER et M. Pierre STEINMETZ.



Législatives. Quelles sont les règles de répartition du temps d’antenne ?
CETA. Conseil constitutionnel saisi par plus de 60 députés.
Clause générale de compétence et libre administration des collectivités territoriales.
La loi biodiversité devant le Conseil constitutionnel
Conseil constitutionnel. Loi relative au droit des étrangers en France. Censure partielle. Procédure. Article 45 Constitution.
La consolidation constitutionnelle de l’état d’urgence. Conseil constitutionnel et état d’urgence.
QPC. Analyse subtile du Conseil constitutionnel pour valider l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse
QPC. Les assignations à résidence sont conformes à la Constitution.
QPC. Enfin ! L’article 24bis de la loi sur la presse devant le Conseil constitutionnel.
QPC. UberPop. Interdiction d’activité conforme à la Constitution
QPC. Evasion fiscale sanctionnée conforme à la Constitution
QPC. La taxe générale sur les activités polluantes portant sur les déchets non dangereux.
QPC. Droit à pension et réparation des militaires.
Conseil constitutionnel. Loi sur la transition énergétique validée sur le fond
Loi renseignement très largement validée par le conseil constitutionnel.
QPC. L’interdiction des coupures d’eau conforme à la Constitution
QPC. Les statuts de la Martinique et de la Guyane non soumis au Conseil constitutionnel.
La parité est un objectif non un principe constitutionnel invocable dans le procès constitutionnel
QPC. Les coupures d’eau interdites devant le Conseil constitutionnel
QPC. Privatisation d’un aéroport. Argument de la souveraineté nationale.
Constitution et protection de la santé.
Le Conseil constitutionnel valide la loi sur l’accord local de répartition des sièges des conseillers communautaires.
QPC (non). Le délit d’injure ne soulève pas de problème de constitutionnalité
La déchéance de nationalité française est conforme à la Constitution.
La réforme de la carte régionale validée par le Constitutionnel
Les lois financières passent aisément le contrôle de constitutionnalité.
La Constitutionnalité des peines privatives de libertés applicables aux militaires renvoyée au Conseil constitutionnel.
LFSS 2015. Peu de censures.
Règlement de l’Assemblée nationale. Le Conseil constitutionnel se montre intransigeant.
Les militaires en activité pourront être élus conseillers municipaux.