Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Pas de commission d’enquête parlementaire sur la question des sondages élyséens.      
samedi 7 novembre 2009

 

Constitutionnelle ou pas ? La réplique de la droite après la polémique sur les sondages de l’Elysée porte donc plus sur la forme que sur le fond. Michèle Alliot-Marie a expliqué que selon elle, la commission d’enquête parlementaire « n’entre pas dans le cadre défini par la Constitution ».

Dans un courrier envoyé au groupe PS à l’Assemblée et au président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, la garde des Sceaux précise « qu’aucune poursuite judiciaire n’a été engagée sur les faits ayant motivé le dépôt de cette proposition ».

Mais « je me dois toutefois d’appeler votre attention sur le fait que cette commission d’enquête n’entre pas dans le cadre défini par la constitution », ajoute-t-elle. La raison ? « La séparation des pouvoirs ». En clair, le président ne peut pas être mis en cause devant le parlement.

« L’objet de cette commission » est en outre « évidemment étranger à l’évaluation des politiques publiques », explique Michèle Alliot-Marie.

Formellement, il revient au président de l’Assemblée nationale de déclarer l’irrecevabilité d’une demande de commission d’enquête parlementaire. Néanmoins, le principe de séparation des pouvoirs a déjà été contredit dans l’histoire de la Ve République, notamment dans l’affaire de la libération des infirmières bulgares. En principe, le parlement se borne à entériner les crédits sans exercer de contrôle. Mais le fait que l’Elysée ait accepté de répondre aux questions de la commission des finances a entraîné l’interrogation de Christian Frémont (directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy).

« Savoir si la commission d’enquête est constitutionnelle ou non est une question qui peut se discuter. Il y a un principe, il y a des précédents, mais jusqu’à présent, on n’est pas allé aussi loin », précise Pierre Avril dans un entretien à 20 minutes.fr

Dans la matinée, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, Christian Frémont, avait déclaré que le principe d’une commission d’enquête « posait un problème de fond » car « elle ne s’inscrirait pas dans le cadre prévu par la constitution pour la création de commission d’enquête »



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !