Droitpublic.net

 


Question prioritaire de constitutionnalité. Rapport du Sénat      
vendredi 2 octobre 2009

 

Extraits : La commission des lois, réunie le mardi 29 septembre 2009 sous la présidence de M. Jean-Jacques Hyest, président, après avoir entendu, au cours de sa réunion du matin du même jour, Mme Michèle Alliot-Marie, ministre d’État, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés, a examiné le rapport de M. Hugues Portelli et établi son texte sur le projet de loi organique relatif à l’application de l’article 61-1 de la Constitution (n° 613, 2008-2009). La commission des lois a très largement approuvé le projet de loi organique relatif à la mise en oeuvre de la question de constitutionnalité tel qu’il a été complété et amélioré par l’Assemblée nationale. Elle a néanmoins souhaité conforter la procédure sur deux points. D’une part, elle a supprimé l’obligation pour les premiers juges saisis de l’inconstitutionnalité d’une disposition législative de statuer dans un délai de deux mois à l’issue duquel, à défaut de réponse de leur part, le justiciable pourrait saisir directement le Conseil d’Etat ou la Cour de cassation. Elle a estimé en effet que les juges pourraient être tentés de laisser courir ce délai au risque d’entrainer un engorgement des cours suprêmes et un ralentissement des procédures à rebours de l’objectif recherché. La commission des lois a rappelé cependant l’exigence d’un traitement rapide de l’examen de la recevabilité de la question de constitutionnalité. Elle a, en outre, maintenu le principe d’automaticité de la saisine du Conseil constitutionnel, introduit par les députés, lorsque le Conseil d’Etat ou la Cour de cassation ne se serait pas prononcé dans le délai de trois mois qui leur est imparti. D’autre part, la commission des lois a jugé indispensable la motivation des décisions des juridictions concernant la transmission, par les juges du fond, de la question de constitutionnalité aux cours suprêmes et le renvoi de la question de celles-ci au Conseil constitutionnel afin que les parties puissent être complètement éclairées sur l’application par le juge des critères de recevabilité fixés par le législateur organique.

source : rapport

en ligne : Le rapport



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire