Droitpublic.net

 

  


    Exception d’inconstitutionnalité. Avis de D. ROusseau.      
La tribune.fr
jeudi 9 juillet 2009

 

Adopté au congrès de Versailles, l’article 61-1 de la Constitution crée le recours de l’exception d’inconstitutionnalité. Lors d’un contentieux, un justiciable (particulier, entreprise,...) pourra invoquer qu’une disposition législative est contraire à la Constitution. Avant de juger, le tribunal saisira alors la Cour de cassation ou le Conseil d’Etat. Cette haute juridiction décidera soit de trancher la question, soit de l’adresser au Conseil constitutionnel. Alors qu’un projet de loi ordinaire sur la mise en œuvre de l’article 61-1 a été déposé à l’Assemblée nationale, Dominique Rousseau, professeur de droit public à l’Université de Montpellier 1 et membre de l’Institut universitaire der France (1), met en exergue l’importance de la réforme. Dominique Rousseau, professeur de droit public

La Tribune - Que pensez-vous du recours pour un justiciable de contester la constitutionnalité d’une loi ? Dominique Rousseau - C’est une réforme importante qui risque de bouleverser l’architecture juridictionnelle. A terme, elle va avoir pour conséquence de mettre en position suprême le Conseil constitutionnel vis-à-vis de la Cour de cassation et du Conseil d’Etat sans pour autant devenir une Cour suprême à l’américaine. Dans un premier temps, les changements seront minimes. Le Cour de cassation et le Conseil d’Etat joueront leur rôle de filtre en transmettant un nombre "raisonnable" de recours en inconstitutionnalité au Conseil constitutionnel. Qui lui-même n’a pas intérêt à en recevoir beaucoup sous peine d’être débordé !

  • Et dans un second temps...
  • La réforme va forcément entraîner une montée en puissance du Conseil constitutionnel. La Cour de cassation et le Conseil d’Etat seront dépendants des décisions rendues par le Conseil constitutionnel. Même s’ils ne lui renvoient pas un recours pour exception d’inconstitutionnalité, ils devront lui adresser leur décision de rejet. Par conséquent, le Conseil constitutionnel pourra faire connaître son avis sur sa non saisine et la Cour de cassation et le Conseil d’Etat pourront alors se trouver "coincés" et mis sous pression entre le Conseil constitutionnel et le juge ordinaire (tribunal de grande instance, tribunal administratif, etc...).
  • Comment voyez-vous la transformation du Conseil constitutionnel ?
  • En raison d’un contrôle a posteriori sur une loi promulguée, le Conseil constitutionnel va intervenir dans le procès. Les règles du procès équitable fixées par la Convention européenne des droits de l’homme lui seront applicables. A mon avis, la transformation du Conseil constitutionnel en juridiction impliquerait de profonds changements dans son mode de fonctionnement et de nomination. A l’instar de l’Allemagne ou de l’Espagne, devraient être nommés au Conseil constitutionnel uniquement des professionnels du droit au vu de leurs diplômes et de leurs expériences juridiques.
  • Peut-on encore trouver des dispositions inconstitutionnelles dans le droit français ?
  • Oui, nombre de dispositions législatives n’ont pas été soumises au contrôle a priori du Conseil constitutionnel. Il y a donc beaucoup de contentieux possibles pour le justiciable. Mais plus encore, les questions de constitutionnalité pourront être soulevées par les entreprises : droit des affaires, droit fiscal, environnement,... Le droit constitutionnel se transforme, il n’est plus seulement le droit de l’Etat, il devient le droit de la société.

6 juillet 2007. La tribune.fr


 



Assemblée nationale. Les groupes parlementaires deviennent des associations.
Question de confiance. Le Gouvernement Valls l’obtient. Majorité relative actée, majorité alternative absente.
Le projet de loi de lutte contre le terrorisme devrait échapper au contrôle préventif du Conseil constitutionnel
Réserve parlementaire. Qu’en est-il ?
Politique fiction ? Dissolution et refus de l’opposition d’une cohabitation.
Valls 2 : La composition
Valls 1. 147 jours, c’est un record pour un gouvernement en rythme de croisière.
Valls 2. Crise gouvernementale.
Parti de Gauche. Mélenchon cède la co-présidence. Entre déception et écoeurement....
Présidentielle 2017. Alain Juppé, candidat à la primaire de l’UMP.
Nomination du Défenseur des droits et du contrôleur général des lieux de privation des libertés. Choix présidentiels validés par le Parlement.
Rapport sur l’application des lois 2012-2013.
Nicoles Sarkozy objet d’une enquête judiciaire pour ses comptes de campagne
PLFSS. Le gouvernement obligé de réserver le vote par la faute d’une partie de sa majorité.
Réforme territoriale retirée de l’ordre du jour au Sénat. Première application de l’article 39, alinéa 4 de la constitution.
Réforme territoriale. Le marathon législatif s’annonce redoutable.
Session extraordinaire de juillet. Les textes examinés.
Retrait du principe de précaution de la Charte de l’environnement
Comment consulter la déclaration patrimoniale de vos parlementaires
Remaniement ministériel à la marge... enfin pas sans conséquences
Rejet de la suspension des poursuites à l’encontre du député Guaino.
Réduire le nombre de parlementaires. Une proposition qui a du sens.
programme parlementaire à venir. Et en avant la procédure accélérée...
Pacte de stabilité. Application 50-1 Constitution. Majorité très relative pour le premier ministre.
Vote symbolique sur le pacte de stabilité. Les lettres du Premier Ministre
Session extraordinaire en juillet. Textes
Corse. Petit rappel historique sur le droit de vote des femmes.
Economie solidaire et sociale. 7 rapporteurs à l’Assemblée nationale !
Colloque sur le bicamérisme (Sénat). L’intérêt d’un double regard dans les fonctions législative et de contrôle
Gouvernement Valls. Les secrétaires d’Etat

                                     Plan du site | Accueil