Droitpublic.net

 


Relations Premier ministre-Président vues de Matignon.      
Que du bonheur de diriger le Gouvernement. Où est l’enfer de Matignon ?
mercredi 14 janvier 2009

 

Oui, un remaniement est imminent. C’est ce qu’a confirmé mardi soir François Fillon, invité du Grand Journal de Canal+. Il interviendra "dans les jours qui viennent. Cela se fera avant le conseil national de l’UMP", programmé le 24 janvier, a annoncé le Premier ministre. Refusant tout commentaire sur les changements de portefeuilles ministériels, François Fillon a toutefois coupé court aux rumeurs donnant la ministre de la Justice, Rachida Dati, sortante. "Je ne pense pas que Rachida Dati bougera", a-t-il estimé.

Lui se voit en tout cas bien rester à Matignon jusqu’en 2012. "J’ai toujours défendu l’idée qu’un gouvernement devait durer grosso modo la durée d’une législature", a-t-il expliqué, ajoutant que les relations étaient au beau fixe entre lui et Nicolas Sarkozy. Il est "l’amiral et je suis le commandant qui fait tourner le bateau et son équipage", a-t-il estimé. "J’ai souvent dit que c’était plus facile pour le Premier ministre quand le président est devant", a-t-il ajouté, critiquant François Mitterrand et Jacques Chirac, dont la méthode consistait selon lui à "user le Premier ministre pour préserver le président de la République".

Si Nicolas Sarkozy se trouve parfois directement confronté au mécontentement des Français, comme lundi à Saint-Lô, où le chef de l’Etat était attendu par des personnels de l’Education national très remontés, c’est parce qu’il n’a pas peur d’aller sur le terrain, a estimé François Fillon. "Si les présidents de la République précédents n’essuyaient pas ce genre de désagrément, c’est parce qu’ils ne sortaient pas, qu’ils n’allaient pas au contact des gens et des choses. Ils avaient une conception de leur fonction qui était une conception à l’économie", a renchéri François Fillon.

lco



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire