Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


PS : Les français et les socialistes très sévères avec S.Royal      
lundi 24 novembre 2008

 

Interrogés samedi midi, dans la foulée de la polémique sur l’issue du vote des adhérents socialistes, les interviewés rejettent les arguments de Ségolène Royal massivement. Pourtant, nous rappelions dans le libellé de la question que Martine Aubry n’avait remporté la victoire que de « quelques dizaines de voix » et que Ségolène Royal demandait que l’on fasse revoter les adhérents « parce qu’elle estimait qu’il y avait eu tricherie ». Ayant à trancher sur le sujet, la réponse des Français est sans appel : 71% estiment que Ségolène Royal a tort de ne pas reconnaître sa défaite, alors que seulement 21% estiment qu’elle a raison de « refuser de se laisser faire ». Une écrasante majorité de Français et de sympathisants socialistes ne veulent pas d’un nouveau vote, estimant que Ségolène Royal « a tort de ne pas reconnaître sa défaite »

La perception des sympathisants socialistes n’est pas moins nette : 66% contre 28% lui donnent tort, alors même que ceux-ci sont assez bien répartis entre pro et anti Ségolène. D’ailleurs ses électeurs du second tour de l’élection présidentielle lui demandent eux aussi très massivement de reconnaître sa défaite (70% contre 24%).

Cette perception, qui confirme une autre étude publiée ce matin dans le Figaro (et qui montre que les Français veulent que l’on accepte le résultat tel qu’il est) est partagée à plus de 60% par toutes les catégories de population.

Si elle était aussi celle des adhérents socialistes (ce que nous ne pouvons pas savoir à travers ce sondage), déjà appelés trois fois aux urnes en l’espace d’une semaine, accepter l’idée d’un nouveau vote serait presque tactiquement habile pour le camp de Martine Aubry. Surtout si la commission de demain mardi valide sa nomination. Elle bénéficierait ainsi d’une forme de double victoire et de double légitimité qui lui permettrait de ne pas avoir à partager un peu du pouvoir avec son adversaire. Mais ce pari est sans doute très/trop risqué pour que la Maire de Lille ne le prenne.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !