Droitpublic.net

 


Finances du Sénat. On se serre la ceinture....      
mardi 18 novembre 2008

 

Moins de voitures, appartements transformés en bureaux, audits. Le nouveau président du Sénat, Gérard Larcher, a annoncé mardi une première mise à la diète de la Haute Assemblée, dont le patrimoine et le train de vie fastueux ont récemment été épinglés. Un mois et demi après son élection, Gérard Larcher veut ainsi rétablir une image vertueuse du Sénat grâce à des mesures d’économie et de rationalisation de ses activités. Et si le budget 2009 de la Chambre Haute sera identique à celui de 2008, cette "croissance zéro" induit des économies de 4,3 millions d’euros, selon Gérard Larcher.

Le coup de balai commence dans les appartements du Sénat, dont celui attribué à vie à l’ex-président Christian Poncelet avait fait scandale. 34 des 54 appartements situés dans le très chic 6e arrondissement seront libérés au 31 décembre, avant d’être transformés en bureaux. Sur les 20 restants, 4 seront affectés au président et aux trois questeurs et 16 à des "personnels dont la présence à proximité est nécessaire" comme le général en charge du Sénat, le médecin, les deux secrétaires généraux et le concierge. L’immeuble du 75 rue Bonaparte sera ainsi transformé en 40 bureaux destinés aux nouveaux sénateurs et aux futures nouvelles commissions permanentes prévues par la réforme institutionnelle.

Le service des voitures, désormais composé de cylindrées plus modestes, va être également "optimisé" avec la création d’un pool. La présidence avait déjà diminué sa flotte de 11 à 8 voitures et de 11 à 9 chauffeurs. Gérard Larcher et ses trois questeurs ont également baissé de 30% l’indemnité spécifique à leur charge, qui s’ajoute à leur traitement de base de sénateur, frais de représentation et avantages comme les transports et retraites. Après réduction, le nouveau président du Sénat a précisé qu’il toucherait 7173 euros et les questeurs, selon l’un d’eux, un peu plus de 4000 euros. "C’est un geste de solidarité", a commenté un autre des questeurs.

Par ailleurs, un audit extérieur sera mené au premier semestre 2009 sur l’avenir du Musée du Luxembourg, au centre d’un imbroglio juridique. D’ici là, l’actuel titulaire des expositions, la société SVO Art, continuera ses activités. Un deuxième audit sur la chaîne Public Sénat sera mis en oeuvre sous la houlette de l’ex-ministre PS de la Culture Catherine Tasca d’ici début février, date de renouvellement du mandat de son président, Jean-Pierre Elkabbach. Gérard Larcher a également prévu "une plus grande sélectivité pour le prêt des salles de réunion et la mise à disposition du jardin du Luxembourg" ainsi qu’un encadrement "plus strict" des nombreux groupes d’amitiés avec des pays étrangers, souvent critiqués comme prétextes à voyages. Le sénateur des Yvelines s’est enfin engagé à présenter une gestion "transparente" et "un schéma complet des procédures de contrôle" lors du bureau du Sénat du 16 décembre. Y seront notamment analysées les fameuses "réserves" du Sénat, d’environ 1,6 milliard d’euros, qui servent à financer les retraites des sénateurs.



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.