Droitpublic.net

 


PS : Après congrès de Reims. Alliances pour un parti malade...      
mardi 18 novembre 2008

 

Manoeuvres d’isolement au Parti socialiste français. En appelant lundi ses partisans à voter « massivement » en faveur de Martine Aubry, Bertrand Delanoë a fait basculer Ségolène Royal, arrivée en tête du vote des militants, dans la position de « challenger » avant l’élection du prochain premier secrétaire socialiste.

Sorti du congrès de Reims ce week-end sans donner de consigne de vote, le maire de Paris s’est ravisé et a finalement rallié à Martine Aubry, dont la motion était arrivée juste derrière la sienne le 6 novembre.

Bertrand Delanoë a justifié ce revirement par ses « convictions politiques », jugeant que « l’identité même du Parti socialiste » était en jeu. « Ma vision du Parti socialiste n’est pas la même que celle de Ségolène », a-t-il expliqué sur France-Info, rejoignant Martine Aubry, qui a critiqué sur RTL la conception d’un parti « qui doit être derrière une personne ».

L’autre point d’achoppement reste l’attitude face au MoDem. Ségolène Royal, qui prône « l’union de la gauche d’abord, la main tendue à tous les humanistes pour battre la droite, ensuite » n’a pas rassuré ses concurrents. Bertrand Delanoë dénonce toujours une « ambiguïté d’alliances avec un parti qui se refuse à différencier la droite de la gauche ».

A Reims, Aubry et Delanoë avaient déjà semblé proches d’un accord incluant le troisième candidat, Benoît Hamon. « Nous étions d’accord sur l’essentiel », a assuré Martine Aubry sur RTL.

Mais les négociations avaient tourné court, notamment en raison de la volonté du maire de Paris d’imposer un candidat issu de sa motion. Les leaders socialistes s’étaient donc quittés sans s’accorder sur une ligne politique, s’en remettant à un nouveau vote militant pour désigner leur prochain dirigeant.

L’addition des scores des motions Delanoë et Aubry frise les 50%, contre 29% pour la motion de Royal. L’ancienne candidate à la présidentielle se retrouve « dans la situation de challenger », alors qu’elle était arrivée en tête à Reims, a reconnu la députée des Deux-Sèvres, Delphine Batho.

A ses yeux, l’intervention du maire de Paris prouve que « le vrai enjeu, c’est le débat entre le changement et le statu quo ». « Il y a une génération qui ne veut pas passer la main et qui s’accroche », dénonce-t-elle.

L’engagement de Delanoë aux côtés d’Aubry pourrait également réduire le score du troisième candidat Benoît Hamon, le seul qui s’était déclaré avant le congrès. D’autant que certains de ses partisans seront tentés par le « vote utile », espère Claude Bartolone, dans le camp de Martine Aubry.

Reste aussi à savoir ce que feront les quelque 100 000 militants qui n’ont pas voté pour départager les motions.



On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?