Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


PS : Après congrès de Reims. Alliances pour un parti malade...      
mardi 18 novembre 2008

 

Manoeuvres d’isolement au Parti socialiste français. En appelant lundi ses partisans à voter « massivement » en faveur de Martine Aubry, Bertrand Delanoë a fait basculer Ségolène Royal, arrivée en tête du vote des militants, dans la position de « challenger » avant l’élection du prochain premier secrétaire socialiste.

Sorti du congrès de Reims ce week-end sans donner de consigne de vote, le maire de Paris s’est ravisé et a finalement rallié à Martine Aubry, dont la motion était arrivée juste derrière la sienne le 6 novembre.

Bertrand Delanoë a justifié ce revirement par ses « convictions politiques », jugeant que « l’identité même du Parti socialiste » était en jeu. « Ma vision du Parti socialiste n’est pas la même que celle de Ségolène », a-t-il expliqué sur France-Info, rejoignant Martine Aubry, qui a critiqué sur RTL la conception d’un parti « qui doit être derrière une personne ».

L’autre point d’achoppement reste l’attitude face au MoDem. Ségolène Royal, qui prône « l’union de la gauche d’abord, la main tendue à tous les humanistes pour battre la droite, ensuite » n’a pas rassuré ses concurrents. Bertrand Delanoë dénonce toujours une « ambiguïté d’alliances avec un parti qui se refuse à différencier la droite de la gauche ».

A Reims, Aubry et Delanoë avaient déjà semblé proches d’un accord incluant le troisième candidat, Benoît Hamon. « Nous étions d’accord sur l’essentiel », a assuré Martine Aubry sur RTL.

Mais les négociations avaient tourné court, notamment en raison de la volonté du maire de Paris d’imposer un candidat issu de sa motion. Les leaders socialistes s’étaient donc quittés sans s’accorder sur une ligne politique, s’en remettant à un nouveau vote militant pour désigner leur prochain dirigeant.

L’addition des scores des motions Delanoë et Aubry frise les 50%, contre 29% pour la motion de Royal. L’ancienne candidate à la présidentielle se retrouve « dans la situation de challenger », alors qu’elle était arrivée en tête à Reims, a reconnu la députée des Deux-Sèvres, Delphine Batho.

A ses yeux, l’intervention du maire de Paris prouve que « le vrai enjeu, c’est le débat entre le changement et le statu quo ». « Il y a une génération qui ne veut pas passer la main et qui s’accroche », dénonce-t-elle.

L’engagement de Delanoë aux côtés d’Aubry pourrait également réduire le score du troisième candidat Benoît Hamon, le seul qui s’était déclaré avant le congrès. D’autant que certains de ses partisans seront tentés par le « vote utile », espère Claude Bartolone, dans le camp de Martine Aubry.

Reste aussi à savoir ce que feront les quelque 100 000 militants qui n’ont pas voté pour départager les motions.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !