Droitpublic.net

 


Débat parlementaire en vertu de la constitution révisée (afghanistan)      
dimanche 21 septembre 2008

 

Conformément à ce que prévoit la réforme de la Constitution adoptée en juillet, le Parlement se prononce désormais sur les interventions militaires de la France à l’étranger lorsque celles-ci durent plus de quatre mois.

À l’Assemblée d’abord puis au Sénat, François Fillon va donc défendre la poursuite des opérations militaires en Afghanistan.

À la quasi-unanimité, la droite devrait serrer les rangs et renvoyer le PS au « consensus » qui avait prévalu en 2001 lorsque Lionel Jospin était Premier ministre. Après le séisme du 11 Septembre, l ’envoi des troupes françaises avait été justifié par la nécessité de « lutter contre le terrorisme » international.

Mais aujourd’hui dans un contexte radicalement différent, des voix au sein de la majorité s’interrogent tout comme à gauche, sur la stratégie française et celle de l’OTAN.

Rapporteur d’une mission d’évaluation, Pierre Lellouche (UMP) juge que « la stratégie de l’OTAN est en train d’échouer ». Outre les questions militaires, il s’interroge sur les problèmes de corruption et de drogue et met en cause « la base arrière du Pakistan ».

D’autres, tel Michel Voisin, ont « peur d’une situation d’enlisement comme au Vietnam ou en Algérie ». Le villepiniste Jacques Le Guen votera pour mais veut des « clarifications », sur la question de la drogue.

En revanche, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (ex-UMP) votera « contre », car « l’action menée par l’OTAN est totalement contre-productive ».

Tous les centristes voteront oui, le Nouveau Centre pour « prendre ses responsabilités », François Bayrou (MoDem), parce que « la France doit tenir ses engagements, à condition qu’elle donne à ses soldats les moyens de leur sécurité ».

Le PS, qui arrêtera sa position lundi matin, devrait quant à lui voter contre, sur le thème « oui à l’engagement en Afghanistan, non à une stratégie qui mène dans l’impasse ». « Nous attendons que la France prenne l’initiative d’une réorientation en profondeur de la stratégie dans laquelle nous sommes engagés en Afghanistan, sinon nous allons à la catastrophe » , souligne Jean-Marc Ayrault



Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire