Droitpublic.net

 


Sénatoriales : poussée significative de la gauche. Le Sénat reste à droite.      
dimanche 21 septembre 2008

 

La gauche a enregistré dimanche une poussée au Sénat, la chambre haute du parlement français qui reste toutefois ancrée à droite, à l’issue d’élections au scrutin indirect destinées à renouveler un tiers de ses membres.

Près de 50.000 "grands électeurs" -conseillers municipaux, régionaux, généraux et députés- étaient appelé à élire 114 sénateurs, pour un mandat de six ans. Une partie des sénateurs concernés est élue au scrutin majoritaire à deux tours (74 sièges) et une autre à la proportionnelle (40).

Cette assemblée, qui représente les collectivités locales, est majoritairement masculine et âgée (64 ans en moyenne). Elle examine et vote les lois avant ou après l’Assemblée nationale, la chambre basse, mais n’a pas le pouvoir de renverser un gouvernement contrairement à cette dernière.

La gauche, grande gagnante des dernières élections municipales et cantonales de mars 2008 et désormais majoritaire dans les collectivités territoriales, a connu lors de ce scrutin une poussée en gagnant une "vingtaine" de sièges, selon le président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel.

Mais cette avancée ne suffit pas à renverser l’équilibre d’une assemblée qui n’a jamais connu d’alternance depuis le début de la Vè République en 1958.

La droite est en effet favorisée par la surreprésentation des petites communes rurales traditionnellement conservatrices. La création de 12 nouveaux sièges, en particulier dans des départements fidèles à la droite, lui permet également de limiter les pertes.

Le Sénat passera dimanche soir de 331 à 343 membres.

L’UMP (droite, au pouvoir), qui a perdu la majorité absolue lors du dernier scrutin en 2004, devra composer davantage avec ses alliés centristes et radicaux.

Le président du Sénat, deuxième personnage de l’Etat, sera élu le 1er octobre. L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et l’ancien ministre du Travail Gérard Larcher, tous deux UMP, font figure de favoris



Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec