Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Sénatoriales : poussée significative de la gauche. Le Sénat reste à droite.      
dimanche 21 septembre 2008

 

La gauche a enregistré dimanche une poussée au Sénat, la chambre haute du parlement français qui reste toutefois ancrée à droite, à l’issue d’élections au scrutin indirect destinées à renouveler un tiers de ses membres.

Près de 50.000 "grands électeurs" -conseillers municipaux, régionaux, généraux et députés- étaient appelé à élire 114 sénateurs, pour un mandat de six ans. Une partie des sénateurs concernés est élue au scrutin majoritaire à deux tours (74 sièges) et une autre à la proportionnelle (40).

Cette assemblée, qui représente les collectivités locales, est majoritairement masculine et âgée (64 ans en moyenne). Elle examine et vote les lois avant ou après l’Assemblée nationale, la chambre basse, mais n’a pas le pouvoir de renverser un gouvernement contrairement à cette dernière.

La gauche, grande gagnante des dernières élections municipales et cantonales de mars 2008 et désormais majoritaire dans les collectivités territoriales, a connu lors de ce scrutin une poussée en gagnant une "vingtaine" de sièges, selon le président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel.

Mais cette avancée ne suffit pas à renverser l’équilibre d’une assemblée qui n’a jamais connu d’alternance depuis le début de la Vè République en 1958.

La droite est en effet favorisée par la surreprésentation des petites communes rurales traditionnellement conservatrices. La création de 12 nouveaux sièges, en particulier dans des départements fidèles à la droite, lui permet également de limiter les pertes.

Le Sénat passera dimanche soir de 331 à 343 membres.

L’UMP (droite, au pouvoir), qui a perdu la majorité absolue lors du dernier scrutin en 2004, devra composer davantage avec ses alliés centristes et radicaux.

Le président du Sénat, deuxième personnage de l’Etat, sera élu le 1er octobre. L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et l’ancien ministre du Travail Gérard Larcher, tous deux UMP, font figure de favoris



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !