Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Révision constitutionnelle : suspense....      
Offensive de charme et séduction du couple exécutif.
mardi 15 juillet 2008

 

Si l’adoption du projet de réforme des institutions par les sénateurs ne fait guère de doute, l’issue du Congrès de Versailles du 21 juillet reste très incertaine. D’où la nouvelle offensive de l’Exécutif mardi pour obtenir l’indispensable majorité des trois cinquièmes au Congrès. Quand Nicolas Sarkozy recevait à l’Elysée les députés, François Fillon s’occupait des sénateurs.

C’est dire l’importance du dossier : malgré une sciatique allant de mal en pis depuis trois semaines, l’ayant même obligé à tout annuler depuis vendredi (une course automobile -sa passion-, le sommet l’UPM et les cérémonies du 14 juillet : lire notre article), le Premier ministre a tout de même honoré son rendez-vous au Sénat mardi après-midi. Le teint pâle et s’agrippant constamment au pupitre, François Fillon a exhorté, à la veille du vote, les parlementaires, notamment socialistes, à se "rassembler autour de l’essentiel, la revalorisation du rôle du Parlement que consacre ce projet"

De son côté, le président de la République menaçait. Avant de recevoir en fin d’après-midi le n°1 du PS, François Hollande, qui a répété que les socialistes était contre le texte, il avait rassemblé tous les députés UMP autour d’un buffet, au cours duquel il les a appelés à voter pour la réforme... En avertissant, avec l’aide d’une métaphore empruntée au Scrabble, que "chaque voix négative" des parlementaires UMP "compterait triple", selon plusieurs participants. "Chacun a son opinion et les critiques peuvent être légitimes", a-t-il déclaré, soulignant, selon plusieurs participants, que "si la réforme passe, tout le bilan du gouvernement sera positif".

Autre métaphore utilisée par le président : celle des examens de fin d’année. "Cette réforme, c’est comme le bac, on passe de meilleures vacances si on l’a que si on l’a pas", a-t-il dit, toujours selon ces participants. Cette réforme "n’est plus un problème technique mais politique" et "on a fait le plus de compromis possible". Ainsi, selon Bernard Accoyer, Nicolas Sarkozy a annoncé aux députés UMP qu’il n’était pas favorable à un changement du mode de scrutin aux élections régionales, évoqué en mars par François Fillon (lire notre article).

"On a fait le plus de compromis possible" donc. Pourtant, mardi matin on évoquait la possibilité d’une dernière concession du président pour convaincre les récalcitrants de la majorité et obtenir l’adhésion des socialistes, qui pour le moment disent toujours ’non’ au texte. Nicolas Sarkozy pourrait annoncer un décompte partiel du temps de parole du chef de l’Etat dans l’audiovisuel. Une disposition réclamée de longue date, en marge du texte constitutionnel, par les socialistes.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !