Droitpublic.net

 


Révision constitutionnelle : suspense....      
Offensive de charme et séduction du couple exécutif.
mardi 15 juillet 2008

 

Si l’adoption du projet de réforme des institutions par les sénateurs ne fait guère de doute, l’issue du Congrès de Versailles du 21 juillet reste très incertaine. D’où la nouvelle offensive de l’Exécutif mardi pour obtenir l’indispensable majorité des trois cinquièmes au Congrès. Quand Nicolas Sarkozy recevait à l’Elysée les députés, François Fillon s’occupait des sénateurs.

C’est dire l’importance du dossier : malgré une sciatique allant de mal en pis depuis trois semaines, l’ayant même obligé à tout annuler depuis vendredi (une course automobile -sa passion-, le sommet l’UPM et les cérémonies du 14 juillet : lire notre article), le Premier ministre a tout de même honoré son rendez-vous au Sénat mardi après-midi. Le teint pâle et s’agrippant constamment au pupitre, François Fillon a exhorté, à la veille du vote, les parlementaires, notamment socialistes, à se "rassembler autour de l’essentiel, la revalorisation du rôle du Parlement que consacre ce projet"

De son côté, le président de la République menaçait. Avant de recevoir en fin d’après-midi le n°1 du PS, François Hollande, qui a répété que les socialistes était contre le texte, il avait rassemblé tous les députés UMP autour d’un buffet, au cours duquel il les a appelés à voter pour la réforme... En avertissant, avec l’aide d’une métaphore empruntée au Scrabble, que "chaque voix négative" des parlementaires UMP "compterait triple", selon plusieurs participants. "Chacun a son opinion et les critiques peuvent être légitimes", a-t-il déclaré, soulignant, selon plusieurs participants, que "si la réforme passe, tout le bilan du gouvernement sera positif".

Autre métaphore utilisée par le président : celle des examens de fin d’année. "Cette réforme, c’est comme le bac, on passe de meilleures vacances si on l’a que si on l’a pas", a-t-il dit, toujours selon ces participants. Cette réforme "n’est plus un problème technique mais politique" et "on a fait le plus de compromis possible". Ainsi, selon Bernard Accoyer, Nicolas Sarkozy a annoncé aux députés UMP qu’il n’était pas favorable à un changement du mode de scrutin aux élections régionales, évoqué en mars par François Fillon (lire notre article).

"On a fait le plus de compromis possible" donc. Pourtant, mardi matin on évoquait la possibilité d’une dernière concession du président pour convaincre les récalcitrants de la majorité et obtenir l’adhésion des socialistes, qui pour le moment disent toujours ’non’ au texte. Nicolas Sarkozy pourrait annoncer un décompte partiel du temps de parole du chef de l’Etat dans l’audiovisuel. Une disposition réclamée de longue date, en marge du texte constitutionnel, par les socialistes.



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.