Constitution : l’entrée de la Turquie se fera au référendum.... normalement      
vendredi 4 juillet 2008

 

Le projet de loi de réforme des institutions française a connu maintes modifications depuis le projet initial présenté par le gouvernement, et pourrait en connaître d’autres. Car sur un sujet aussi crucial, il est important de satisfaire la plus large majorité possible.

Parmi les points qui ont posé le plus problème, la question de l’inscription ou non dans la Constitution française e l’obligation d’un référendum pour l’entrée de nouveaux Etats dans l’UE. Depuis 2005, la Constitution stipule que toute entrée dans l’UE d’un nouveau pays (après la Croatie) doit être obligatoirement ratifiée par référendum. Cette mesure visait surtout à limiter les chances pour la Turquie de rejoindre un jour l’UE.

Mais le projet de réforme des institutions, tel que présenté initialement par le gouvernement, prévoyait de revenir sur cette obligation, pour laisser le choix au Président d’organiser un référendum ou de faire voter la ratification de l’adhésion par le Parlement.

Une proposition irrecevable pour les plus farouches opposants à l’entrée de la Turquie en Europe. Sous la pression de plusieurs députés UMP, l’Assemblée avait donc décidé, en première lecture, que le référendum resterait obligatoire pour tout pays dont la population dépasse 5% de la population totale de l’UE. Une manière de discriminer la Turquie, même sans la nommer.

C’est en tout cas ce qu’a jugé le Sénat, qui a rejeté ce dispositif à l’unanimité, le jugeant discriminant à l’égard d’Ankara. Il fallait donc trouver une nouvelle solution, qui devait satisfaire les puissants adversaires à l’entrée d’Ankara, qui ont les moyens de bloquer le vote de la réforme des institutions.

Après quelques tâtonnements, il a finalement été décidé de revenir au dispositif actuellement en cours, celui mis en place sous Jacques Chirac en 2005. En l’absence de nouveaux rebondissements sur le dossier, toute adhésion postérieure à celle de la Croatie devrait donc être soumise à un référendum en France.

Sauf que Jean-Luc Warsmann, député UMP a déjà signifié qu’il pourrait y avoir des exceptions pour des petits pays dont l’adhésion ne pose pas de problèmes à l’Assemblée nationale et au Sénat. "Il faudrait alors proposer une modification constitutionnelle", précise-t-il. Un petit amendement constitutionnel pour passer outre l’obligation de référendum.

En tout cas, du côté de la majorité, on semble se satisfaire de ce retour à la case départ. "C’est un grand soulagement pour tout le monde", confirme M. Warsmann



Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République