Le  site droitpublic.net et les nouveaux articles à compter du 7 juillet 2017 migrent vers un nouveau site www.laconstitution.fr pour tirer profit d'un changement important de CSS.

Les anciens articles resteront sous l'ancienne mouture et pourront être recherchés via le moteur de recherche de droitpublic.net à travers les différentes rubriques ou à partir de la page recherche dédiée sur laconstitution.fr

Les nouveaux articles sont désormais accessibles sur laconstitution.fr. Fin de l'opération : décembre 2017.

A compter de cette date l'adresse www.droitpublic.net deviendra laconstitution.fr et bénéficiera d'une refonte complète, étudiée pour la mobilité et la lisibilité sur terminaux mobiles. Vous y retrouverez tous les articles principaux  publiés depuis 15 ans.


Réforme des institutions : le Sénat dit non à un référendum pour la Turquie. Et la résistance continue. Et la révision devient de moins en moins plausible...      
mardi 24 juin 2008

 

Le Sénat a entamé lundi sa deuxième semaine de débats sur la réforme des institutions, poursuivant à un rythme tranquille son toilettage qui devait conduire, dans la nuit, à la suppression du référendum obligatoire pour l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

La question de la ratification -référendum ou voie parlementaire- est l’un des principaux points d’achoppement entre Assemblée et Sénat.

Supprimée dans le texte gouvernemental, l’obligation de référendum a été réintroduite sous la pression d’une quarantaine de députés UMP, très hostiles à l’entrée d’Ankara dans l’UE.

Avec l’accord de l’exécutif, l’Assemblée avait inscrit dans la Constitution que le référendum serait obligatoire pour les pays représentant plus de 5% de la population de l’UE, une disposition visant tout particulièrement la Turquie.

Mais la majorité sénatoriale n’entend pas suivre celle du Palais-Bourbon et devrait confirmer, lundi soir, en séance publique son vote en commission en supprimant cet "amendement Turquie", jugé "blessant" pour Ankara.

Dans la journée, le Sénat a adopté à un rythme ralenti plusieurs dispositions revalorisant le travail parlementaire.

D’apparence technique, la première cache un chamboulement total de la procédure : les projets de loi seront désormais examinés dans la version de la commission (hormis le budget et le budget Sécu) et non plus, comme actuellement, dans la version initiale du gouvernement.

"Cet article est essentiel, c’est une révolution", a fait valoir Roger Karoutchi (Parlement).

De fait, s’il n’est pas d’accord avec les modifications de la commission, le gouvernement devra faire des contre-propositions en séance, alors qu’actuellement, c’est lui qui mène le jeu dans l’hémicycle.

La majorité a fait par ailleurs deux nouvelles concessions à la gauche en acceptant de supprimer du texte certaines dispositions, jugées toutefois "secondaires" par les PS.

La première permettait d’étendre aux présidents des assemblées une prérogative réservée au gouvernement, qui peut juger irrecevable une proposition de loi ou un amendement, c’est-à-dire en refuser l’examen au prétexte qu’ils ne sont pas du domaine de la loi.

La seconde autorisait le président de l’une des deux chambres à saisir le Conseil d’Etat pour qu’il donne son avis sur les propositions de lois (textes présentés par les parlementaires), comme il le fait actuellement pour les projets de loi (à l’initiative du gouvernement).

Droite et gauche sont encore tombées d’accord pour rallonger les délais impartis pour l’examen des textes et augmenter de 6 à 8 le nombre des commissions dans les chambres.

Mais le PS a demandé en vain l’encadrement du recours du gouvernement aux ordonnances et la publicité des avis du Conseil d’Etat.

Bernard Frimat (PS) a critiqué la "fermeture du gouvernement" et une "réforme illusoire" et lancé : "pour la bonne fin de votre texte, nous sommes plutôt mal partis !".

"Nous faisons des efforts désespérés pour aller vers vous. Ne nous fermez pas la porte" a rétorqué M. Karoutchi.

Optimiste, le ministre escomptait encore dimanche que la réforme puisse être adoptée, in fine, par les 3/5es des suffrages exprimés des parlementaires à Versailles, grâce à "20 ou 30 abstentions" socialistes.

Pourtant, même Jack Lang, ex-membre de la commission Balladur et principal défenseur de la réforme au PS, a affirmé qu’elle était, "en l’état", inacceptable.



Découpage des circonscriptions. Comment ?
Peut-on dire que l’application des lois est lente ?
Qui compose le gouvernement Philippe II ?
Quelles sont les dispositions qui figurent dans le projet de loi de confiance dans l’action publique ?
Comment réformer intelligemment le fonctionnement du Parlement ?
Que sont les ordonnances de l’article 38 de la Constitution ?
Projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique. Quelles avancées ?
Comment et sur quels principes s’organise le travail gouvernemental ?
Constitutionnaliser l’IVG ?
Moralisation de la vie politique. Quelles propositions ?
Qui compose le gouvernement E. Philippe ?
Gouvernement de coalition, de cohabitation, d’ouverture. De quoi parle t-on ?
Emmanuel Macron, huitième Président élu de la Cinquième République
Finale présidentielle : Macron - Le Pen
Période de réserve électorale. Fin de la propagande électorale.
Attentat : peut-on reporter la présidentielle à cause du terrorisme ?
La France a-t-elle besoin d’une 6e République ?
Le vote blanc. Réalité et problématique
Les "petits" candidats. Présidentielle 2017
Présidentielle 2017. 11 candidats
Présidentielle 2017. Le calendrier
Application des lois. De vrais progrès.
On parle XVe législature ?
L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !