Droitpublic.net

 


Parité, parité oui mais...      
dimanche 4 mai 2008

 

91,5% d’hommes maires dans les villes de 3 500 habitants et plus... 86,9% d’hommes conseillers généraux...

9 ans après la réforme constitutionnelle, les partis politiques résistent encore à la parité Grace à la loi du 31 janvier 2007, imposant notamment l’élection d’autant d’adjointes que d’adjoints, les conseils municipaux constituent désormais l’avant-garde démocratique de la révolution paritaire, en fort contraste avec la lente féminisation des conseils généraux où seulement 13,1% de femmes ont été élues en 2008, contre 10,9% seulement en 2001.

Pourtant, avec 83,5% d’hommes investis tête de liste aux élections municipales et 79,1% d’hommes candidats aux cantonales (pour autant de suppléantes), les partis politiques Français continuent à faire figure de mauvais élèves tant au niveau européen qu’au niveau international.

Signalons que des différences importantes persistent entre les partis de la majorité actuelle et de l’opposition : malgré des gestes forts venant du Gouvernement et de la Présidence en matière de parité, l’UMP et le Nouveau Centre ne témoignent d’aucun volontarisme dans ce domaine, dans les villes de 30 000 habitants et plus le pourcentage de femmes maires ne dépasse pas les 8% ; alors que du côté des socialistes, dans les villes de la même catégorie, entre 14 et 16 % de femmes ont été élues maires.

Résultats pourtant, rappelons le, bien en dessous des objectifs déclarés par la Gauche pendant la campagne électorale. Les élections cantonales ne font que confirmer les craintes affichées par l’Observatoire au moment des dernières modifications électorales. L’introduction d’un ticket mixte entre titulaires et suppléants a été l’occasion de cantonner les femmes au rôle de suppléante, quel que soit le parti.

Il reste donc visiblement nécessaire de rappeler aux partis politiques que la modification du 23 juin 1999 de notre Constitution les rend directement responsables d’un nouveau principe républicain : le partage des responsabilités entre les femmes et les hommes dans l’ensemble des mandats et fonctions électives. Ainsi, force est de constater que quand la loi n’est pas directement contraignante, les stratégies électorales continuent à primer face au projet démocratique de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Source : Observatoire de la Parité



L’empêchement d’un candidat à l’élection présidentielle. Décryptage.
La transparence appliquée au membres du Conseil constitutionnel. Peut-être...
Elections : transparence et probité
L’ubérisation de la politique et la tentation du trop de démocratie dite "participative"
Confiance accordée au gouvernement Cazeneuve.
C. Lagarde. Cinquième procès devant la Cour de Justice de la République
Remaniement gouvernemental. Quinquennat. Et de trois !
Responsabilité institutionnelle de F. Hollande. Article 68 Constitution.
PPR de destitution du Président de la République
Dématérialiser la propagande électorale ?
Corps électoral pour les élections 2017
Statut des collaborateurs parlementaires. Un progrès relatif.
Primaires écologistes. C. Duflot éliminée du second tour.
La fronde judiciaire.
L’élaboration d’un projet de loi.
Démonarchiser la Cinquième République ? Vraiment ?
Loi Travail devant le Conseil constitutionnel. Saisine de gauche.
Bilan session parlementaire 2015-2016.
Pénalisation des génocides et Constitution
Vote obligatoire, vote à 16 ans : heureux échec
Les clubs parlementaires et la loi.
Brexit. Nouvelle application de l’article 50-1 de la Constitution.
Primaires à gauche et autorité présidentielle
Le PS n’a pas à être contraint d’organiser une primaire.
Transparence des partis politiques
Assemblée nationale. Disparition d’un groupe parlementaire
L’état d’urgence et la liberté de manifestation
49.3 sur la loi Travail. C’est acté. 86e application de cet fer de lance législatif.
Elargir la saisine du Conseil constitutionnel à tout parlementaire ?
2017. Calendrier électoral.